Flux RSS

Archives de Catégorie: sécurité

L’hommage aux victimes des islamistes enfumé par la visite des mosquées

Les cérémonies d'hommage courront du mardi 5 au dimanche 10 janvier.

Source photo Le véritable hommage des Parisiens aux victimes des islamistes se tient aux pieds de la République, pas dans les mosquées

Nous vivons dans un monde incohérent où les valeurs humaines sont réduites aux ingrédients d’un mauvais couscous. Nous sommes en état de guerre avec les islamistes mais il semble plus important à nos responsables irresponsables de protéger les musulmans que les mécréants que nous sommes.

Alors que le samedi 9 janvier était dédié à la triste commémoration des attentats commis par le djihadiste Coulibaly contre  l’Hypercacher de Vincennes et contre Clarissa Jean-Philippe policière de Montrouge , l’hommage aux victimes était brouillé par une invitation tonitruante des imams à constater de visu, dans les mosquées, comme les musulmans de France sont gentils.

Ces aimables musulmans n’avaient pas affrété de grands cars pour se rendre à la porte de Vincennes et à Montrouge mais pour conduire voilées et barbus (séparément pour ne pas tenter chétane) dans les mosquées de manière bien visible pour assurer l’encadrement des mécréants dans le dos desquels ils crachent ou répandent du sel pour chasser le mauvais œil.

Pire, le dimanche suivant le président de la République rendait visite à la grande Mosquée de Paris pour dire aux Musulmans combien il compatissait à leur douleur d’être stigmatisés. A-t-on déjà vu dans l’histoire, en période de guerre, rendre de concert un hommage aux victimes et aux complices des assassins ? Pas que je sache. Si aujourd’hui nous rendons un commun hommage aux victimes françaises et allemandes des deux boucheries des guerres mondiales, c’est parce que nous avons fait la paix avec l’Allemagne et c’est heureux.

Padamalgam plus important que les victimes des islamistes

Padamalgam prenait ainsi dans les médias d’information le pas sur le recueillement en souvenir de personnes innocentes, des gens comme vous et moi qui auraient pu être vous ou moi, assassinées aux cris d’Allah Akhbar sous les balles de fous d’Allah adorateurs de Mahomet.

Il est insupportable qu’à chaque attentat islamiste, le chœur des décérébrés de toutes obédiences s’alarme avant tout des dangers d’islamophobie que courent les gentils adeptes de la religion de paix et d’amour qui assassine, égorge, poignarde de plus en plus souvent encouragés par la  propagande efficace de l’Etat islamique qui les assure de l’enfer dans la vie et du paradis dans la mort.

Si les musulmans de France étaient sincèrement indignés par les crimes sauvages commis par leurs coreligionnaires ne pensez-vous pas qu’au lieu de défendre leur beefsteak  avant toute chose ils défendraient plutôt les mécréants que nous sommes en dénonçant les djihadistes, en faisant le ménage devant la porte de leurs milliers de mosquées, en interdisant les appels au meurtre des chrétiens et des juifs dans leurs cinq prières quotidiennes et qu’ils auraient la décence et l’humilité de s’effacer en ces jours de peine pour se joindre à la foule des Français anonymes meurtris dans leur chair , leur nation et leur âme?

A ce propos, je serais curieuse de savoir si les ravis des mosquées qui y mettaient le pied pour la première fois en ces journées portes ouvertes avaient eu droit à la lecture en français des prêches et des prières qui s’y déroulent.

Il faut être aveugle pour ne pas voir que les musulmans de France ne songent qu’à défendre leur communauté, cette oumma islamiya complice active ou passive de tous les crimes commis au nom de l’islam. Si ce n’était pas le cas, ils le prouveraient en descendant massivement dans nos rues pour hurler leur indignation et leur souffrance.

Je ne crois qu’aux actes. A chaque attentat islamiste, j’attends un désaveu franc et massif de la communauté musulmane et je ne vois toujours rien venir.

Au contraire, j’entends ça et là des musulmans justifier les attentats au nom de la Syrie, de l’Afghanistan, de la Libye, du Mali ou de la colonisation ou bien inverser les rôles comme l’avait fait le père de Mérah menaçant de poursuivre la France qui avait tué son gentil fiston ou, récemment la mère du djihadiste du commissariat du 18ème à Paris accusant la France d’avoir tué son fils innocent qui venait régulariser ses papiers avec une fausse bombe, un hachoir de boucher, un témoignage d’allégeance à l’Etat islamique et le dessin de son drapeau …

Des Tunisiens se présentant comme ses proches rejettent tout lien entre lui et des groupes extrémistes. «Pourquoi ont-ils tué mon fils? Il est allé (au commissariat) pour son passeport. Mon fils n’a rien (fait), c’est moi qui lui ai dit de rentrer. Je lui ai dit je vais être opérée à la main et je veux te voir», a réagi une femme, présentée comme la mère, dans une vidéo diffusée par la radio privée Sabra FM. «Il m’a demandé de lui envoyer des extraits de naissance, il était alors en Allemagne», a-t-elle ajouté, avant de laisser éclater sa colère. «Ils l’ont suspecté parce qu’il avait un sac banane pour mettre son téléphone ? C’est pour ça qu’ils ont tué mon fils ! La France a tué mon fils, je veux les droits de mon fils et rien d’autre», a-t-elle clamé, effondrée.http://www.leparisien.fr/faits-divers/attaque-du-commissariat-l-assaillant-etait-demandeur-d-asile-en-allemagne-10-01-2016-5437011.php

Il parait que peu de Parisiens se sont rendus à l’hommage public de la place de la République, contrairement 11 janvier 2015. Les Français ont-ils eu un sursaut de lucidité après avoir compris qu’ils avaient été manipulés par le pouvoir pour noyer le poisson en invitant tous les tortionnaires de la planète, indignation publique qui n’avait pas mis un frein au laxisme des polices et de la Justice, incurie qui s’était soldée par la tragédie du 13 novembre ?

Le véritable hommage aux victimes, hors de l’ombre des mosquées, n’est-il pas ces autels anonymes couverts de drapeaux tricolores, de fleurs, de bougies et de dessins qui continuent de vivre place de la République et sur tous les lieux où sont tombés les victimes des attentats islamistes, parfois fomentés ou encouragésdans l’opacité de ces mêmes mosquées ?

La connectrice

Hommages sincères et spontanés à Paris, Montrouge et Saint-Denis

Attentats : chaque jour, le frère d'une victime se recueille devant la Belle Equipe

Hommages anonymes devant « La Belle Equipe » Source 

Afficher l'image d'origine

Source photo

Afficher l'image d'origine

VIDÉO – Attentats à Paris : l’hommage aux victimes avant PSG-Troyes

Afficher l'image d'origine

« Le Carillon » rue Bichat Paris 10ème

Le café du Bataclan, qui jouxte la salle de concert, le 26 novembre 2015, à Paris.

Le Bataclan

Montrouge, traumatisée, rend un dernier hommage à Clarissa Jean-Philippe

Source photo

Clarissa Jean-Philippe, la policière de Montrouge a vraisemblablement arrêté dans sa folie meurtrière Amedy Coulibaly qui se dirigeait vers l’école juive de Montrouge, laquelle lui rend un vibrant hommage.http://www.wat.tv/embedframe/245710chuPP3r12179259

http://www.wat.tv/video/regardez-hommage-ecole-juive-791kr_2exyv_.html

Attentats du vendredi 13 novembre 2015. Un site dédié

 

Le Journal Le Parisien a créé un site consacré exclusivement aux attentats commis à Paris par l’Etat islamique-Daesch le 13 novembre 2015. Les 6 attentats simultanés ont fait 130 morts, des centaines de blessés dont plusieurs dizaines sont toujours hospitalisés et des millions de traumatisés en France mais aussi dans le monde.

L’initiative du Parisien est une récapitulation des évènements, de leurs conséquences ainsi que des réactions qui ont suivi et des mesures prises par le gouvernement.

Ce site est aussi un hommage rendu aux victimes. Il est actualisé en fonction du déroulement des enquêtes.

Memorial

Le mémorial des victimes http://atelier.leparisien.fr/sites/longsformats/hommage/

La Connectrice

http://atelier.leparisien.fr/sites/attentats-novembre-2015-paris/

Paris, 13 novembre 2015

 

Pour mieux comprendre les événements qui ont traumatisé la France et leur onde de choc dans le monde, découvrez notre site dédié qui réunit plus de 600 articles.LP/Arnaud Dumontier

Trois heures d’horreur et un pays à jamais transformé. Dans la soirée du vendredi 13 novembre 2015, une série d’attaques meurtrière frappait Pariset Saint-Denis. Le pire attentat perpétré sur le sol français depuis la Seconde Guerre mondiale a coûté la vie à 130 personnes, dont 90 au Bataclan. Près de 400 ont été blessées, touchées par des tirs de kalachnikov ou «blastées» par le souffle de l’explosion de bombes actionnées par les terroristes. Un massacre commis par des kamikazes, la plupart français, qui ont pris pour cibles des innocents aux terrasses de bistrots, une salle de concerts et le Stade de France.  

Un mois après les attentats revendiqués par Daech, de nombreuses zones d’ombre demeurent malgré l’enquête tous azimuts en France et en Belgique. Une seule certitude : Abdelhamid Abaaoud, coordinateur présumé des attaques, abattu lors de l’assaut d’un appartement à Saint-Denis, et Salah Abdeslam, probablement le logisticien, toujours en fuite, se sont appuyés sur de nombreux complices pour parvenir à leurs fins.

Pour mieux comprendre les événements qui ont traumatisé la France et leur onde de choc dans le monde, découvrez notre site dédié qui réunit plus de 600 articles : l’hommage aux victimes pour la plupart âgées de 25 à 35 ans, la traque des terroristes, les frappes contre Daech, les conséquences sur notre quotidien, les analyses d’experts et les décryptages de la rédaction.

Jessi, chienne offerte à la Tunisie après la mort d’Akil au Bardo

 

Récemment deux chiens policiers sont morts en service dans la lutte anti-terroriste contre l’Etat islamique. Akil, le 18 mars 2015 et Diesel le 18 novembre 2015.

Akil, berger allemand de la police tunisienne a été tué après avoir débusque les terroristes responsables de l’attentat commis au musée du Bardo à Tunis le 18 mars 2015 ayant causé la mort de 24 personnes dont 21 touristes étrangers. Cet attentat avait été revendiqué par l’Etat islamique.

Akil, chien policier de la brigade “ »Al Anyab »” n’avait qu’un an et demi. Source photo 

Jessi est une bergère malinoise de 15 mois.Voir la vidéo de Jessi ici

Éduquer un chien policier est un investissement sérieux en patience, affection et confiance. Malheureusement, on ne peut pas remplacer un individu par un autre, fut-il un chien. La sensibilité d’un chien et l’attachement qu’il porte à ses maîtres comme l’attachement de maîtres à leur chien est irremplaçable parce que la relation est unique et que maître et chien forment une dyade, un couple, une association indestructible. Heureusement on peut se consoler en adoptant un autre chien , ce qui aide au processus de deuil. C’est ce à quoi contribue le geste de la France comme celui de la Russie qui a offert Dobrynya, une chienne à la France pour remplacer Diesel, chien policier abattu au cours du siège des terroristes islamiques de Saint-Denis responsables des attentats du 13 novembre à Paris.

sipa_rex40406834_000001

Diesel avait 7 ans. Source photo

Résultat de recherche d'images pour "chienne offerte par la russie"

Dobrynya lors de la cérémonie de sa remise à l’ambassadeur de France http://www.holidogtimes.com/fr/dobrynya-le-chiot-policier-offert-par-la-russie-apres-la-mort-de-diesel-vient-detre-remis-a-lambassadeur-francais-a-moscou/#gs.sNYRbzs

Voir ici les images de Dobrynya

La Connectrice

EXCLUSIF. Jessi, le chien policier offert par la France à la Tunisie

Jeudi 10 Décembre 2015 | 02:26

Au lendemain de l’attentat du musée du Bardo, à Tunis, le président tunisien s’était ému de la mort du chien policier Akil. C’est grâce au flair de ce Berger Allemand que les forces spéciales tunisiennes étaient parvenues à débusquer les terroristes qui l’avaient abattu. Le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve avait proposé de remplacer cette perte. 9 mois plus tard, Jessi, berger malinois femelle de quinze mois, qui a suivi une formation intensive à la détection d’explosifs en compagnie de son futur maître Riad, policier tunisien, s’apprête à s’envoler pour Tunis prendre la succession d’Akil. Nous l’avons rencontrée quelques heures avant son départ.Source

©

Attentats islamistes à Paris ce vendredi 13 novembre 2015. 127 morts, 80 blessés graves, des milliers de traumatisés. Le gouvernement doit démissionner.

Sonnerie aux morts

127 morts, 80 blessés graves, des centaines de blessés légers, des milliers de traumatisés sur 6 ou 7 sites parisiens et au stade de France à Saint-Denis. Les terroristes ont tiré dans le tas au Bataclan et à des terrasses de café.

Mes condoléances aux familles. Ma compassion aux survivants.

Marche funèbre de Chopin jouée à l’occasion de l’hommage rendu aux Invalides du dernier poilu de la guerre de 14-18

L’Etat islamique (EI, Daech, Isis, Dawla al islamiya revendique les attentats 

Voir l'image sur Twitter

L’Etat islamique nous avait prévenus à plusieurs reprises donnant des conseils de meurtre précis à ses affiliés.

Nous savions que des centaines de Français musulmans s’engageaient dans la guerre sainte, le Djihad, aussi bien en France qu’en Syrie, en Irak, au Yemen, au Mali, au Nigéria ou en Afghanistan.

Nous savions que nos prisons regorgeaient de criminels musulmans se radicalisant grâce à Jack Lang qui les évaluait à 60% de la population carcérale pour réclamer plus d’imams dans les prisons.

Nous savions que nous nourrissions en notre sein des musulmans qui se vantent de « niquer la France », qui clament que les lois d’Allah sont supérieures à celles de la République, qui ne dissimulent pas leur haine du blanc et qui sont en perpétuel état d’insurrection.

Nous savions, au vu de l’épidémie de voiles et de barbes que les Musulmans intégristes et revendicatifs, voire revanchards, étaient de plus en plus nombreux parmi nous.

Nous savions que chaque musulman est à l’oumma islamiya ce que le doigt est à la main. Quoiqu’un musulman fasse, il aura le soutien de ses coreligionnaires grâce au téléphone arabe. Délinquant ou criminel il sera protégé par ses semblables qui le dissimuleront et le protégeront de la Justice de la République comme ce chauffeur de bus qui avait aidé un violeur à échapper à la police.

Malgré cela, l’Etat n’a pas cessé de choyer ces insurgés en accédant à toutes leurs demandes et en refusant de sanctionner sérieusement leurs crimes et leurs délits par « souci d’apaisement ».

Malgré cela, l’Etat n’a pas cessé d’inviter et d’accueillir aux frais du contribuable des hordes de musulmans, ces migrants agressifs, égoïstes, incultes, délinquants qui nous donnent dans la jungle de Calais une idée du chaos qu’ils sèment comme Attila dont on disait que là où il passe l’herbe ne repousse pas.

Et ce soir, devant ce carnage, le Président et ses sbires prennent des airs catastrophés et promulguent l’état d’urgence pour nous en jeter plein les oreilles alors qu’ils sont entièrement responsables de ces attentats de par leur islamo collaboration, leur cynisme, leur mépris du peuple qui subit quotidiennement les méfaits de l’islamisation de la France, leur indulgence vis à vis des islamistes et leur déni de l’islamisation conquérante, destructrice et mortifère.

Tout ce beau monde a déjà commencé à verser des larmes de crocodile mais ce carnage aurait pu être évité si ces responsables irresponsables avait seulement appliqué nos lois. Dura lex sed lex.

Après les massacres de l’hypercacher, de Charlie Hebdo et de Montrouge, comme se tuent à le dire tous les médias de réinformation, Hollande, la gauche et les bien pensants n’ont pris aucune mesure sérieuse pour protéger le peuple de France. Le carnage de ce soir en est la terrible conséquence. Le gouvernement doit démissionner.

PS

On rappelle que la dernière déclaration de l’état d’urgence date de 1961, pendant la guerre d’Algérie …Les barbares d’aujourd’hui ont souvent la même origine…

Violences contre les femmes. Colloque de l’Institut en santé génésique le 13 novembre 2015 avec Dr Pierre Foldès, Florence Foresti, Pr Roger Henrion, Me Luc Fremiot, Pr Jean-Paul Escande …

L’Institut en santé génésique fondé par Le Dr Pierre Foldès et Frédérique Martz sous le marrainage de Florence Foresti, organise son premier colloque sur les violences contre les femmes.

Le colloque tiendra place à Boulogne Billancourt

 HP Arcs de Seine
20, Quai du Point du Jour
92 100 Boulogne Billancourt

L’institut en santé génésique (ISG) siège à l’hôpital de Saint-Germain-en-Laye à côté de la clinique où le Dr Pierre Foldès répare les femmes victimes de l’excision, cette violence sexiste qui mutile pour la vie des millions de femmes dans le monde dans le seul et unique but de les soumettre en inscrivant la domination masculine dans leur corps.

L’Institut en santé génésique (ISG), intervient auprès des professionnels de santé pour les former à la détection de violences et prendre le relais de la pris en charge psychologique et sociale au sein d’une équipe pluridisciplinaire (médecins, psychologues, assistantes sociales …), sous la coordination de la directrice de l’ISG Frédérique Martz.

Ayant personnellement rencontré le Dr Foldès et Frédérique Martz sur leur lieu d’exercice à Saint-Germain-en-Laye j’ai pu apprécié leur qualités humaines, leurs compétences, leur générosité, leur sincérité, leur dévouement et leur ouverture d’esprit. Ce premier colloque devrait relancer la nécessaire lutte contre les violences faites aux femmes fondée sur une discrimination intemporelle et universelle à laquelle nous sommes trop habitués pour prendre les mesures nécessaires à son abolition.

La Connectrice

http://www.institutensantegenesique.org/

NUMERO D’APPEL DE L’ISG : 01.39.10.85.35.

20 rue Armagis, 78100 Saint-Germain-en-Laye

Au coeur des violences : Quand les femmes mènent le débat ! PARIS 13 novembre 2015

https://www.facebook.com/InstitutenSanteGenesique

Programme du colloque du 13 novembre 2015

inscriptions ici avant le 1er novembre

Comment venir ?
HP Arcs de Seine
20, Quai du Point du Jour
92 100 Boulogne Billancourt
Transports en commun :
> Métro ligne 9 : Porte de Saint-Cloud 7 mn à pied
> RER ligne C : Station Issy Val de Seine
> Tram Val de Seine T2 : Station Issy Val de Seine
> Bus : Paris 22, 62, 72, PC – Banlieue : 39, 72, 126, 175, 189, 289, 323 et réseau urbain de Boulogne
> Station de vélib’ : en pied d’immeuble
> En voiture :
• A 150m du Boulevard périphérique pour rejoindre rapidement les autoraoutes et aéroports
Liaison rapide avec la Défense et les Quartiers d’Affaires de Paris par la Voie Express Georges Pompidou
• Parking à proximité : parking Point du Jour
Place Abel Gance 92 100 Boulogne-Billancourt

Informations :
contact@isg78.org ou 01 39 10 85 35
Inscription :


• par retour du bulletin d’inscription avant le 1er novembre 2015, accompagné du règlement à l’adresse suivante :
Institut en Santé Génésique / Colloque 2015
20 rue Armagis – 78100 Saint Germain en Laye
• ou sur place en fonction des places disponibles,
(règlement de l’inscription uniquement par chèque bancaire)

La gendarme amie d’un complice de Coulibaly s’était convertie à l’islam

Publié le

L’amie d’un complice d’Amedy Coulibaly assassin d’une policière municipale à Montrouge et auteur de la tuerie de l’hyper cacher de Vincennes organisée simultanément avec la tuerie de Charlie Hebdo, était un adjudant de la gendarmerie convertie à l’Islam depuis 2011.

Sachant que les nouveaux convertis sont particulièrement fanatiques et vivant avec le complice du terroriste, il est difficile de croire qu’elle n’était pas au courant des projets assassins de la bande à Coulibaly. C’est encore plus difficile à croire quand on connait le fonctionnement de l’oumma islamiya dans laquelle chaque musulman appartient à sa communauté comme les doigts à la main et qu’il est solidaire a priori et sans condition des actes des autres musulmans. Il est impossible que la gendarme Emmanuelle C. n’ait pas eu vent des projets de son ami Amar R. en relation permanente avec Coulibaly.

La gendarme a été radiée mais sans qu’aucune charge ne soit retenue contre elle. Voici donc une vengeresse potentielle en liberté.

Ne dormez pas tranquilles, braves gens, le gouvernement nourrit les terroristes et les protège.

La Connectrice

Amar R. a quant à lui échangé près de 600 textos avec Coulibaly en l’espace de quatre mois. Selon Le Canard enchaîné, son téléphone aurait été géolocalisé près de l’épicerie juive juste avant l’attaque. Sa relation avec une gendarme en poste au fort de Rosny avait interpellé les enquêteurs. La jeune femme a été récemment radiée de la gendarmerie nationale.

Emmanuelle C. était une gendarme sans histoire avant les attentats. Mère de trois enfants, elle s’était convertie à l’islam en 2011 et avait rencontré Amar R. deux ans plus tard. Le hasard des filatures sur les complices présumés d’Amedy Coulibaly mettra en lumière ses amours discrètes, interrogeant les enquêteurs sur la nature de sa romance avec un proche du terroriste. Le jeune homme de 33 ans aurait-il pu se servir de la gendarme ? Le Canard Enchaîné avait révélé que ce dernier avait pu pénétrer à plusieurs reprises dans la caserne de Rosny-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), où sa compagne était en poste. Si elle n’avait pas accès aux fichiers dits sensibles et que lui n’avait pu pénétrer que dans la zone « famille » où logent les gendarmes, le fort est connu pour être un haut lieu du renseignement français.

D’après le récit d’Emmanuelle C., Amar R. ne lui avait jamais parlé d’Amedy Coulibalyavant le mois de janvier. Les deux jeunes hommes semblaient pourtant bien se connaître. Ils avaient échangé des centaines de textos et le téléphone d’Amar R. avait « borné » près de lui les jours précédant la prise d’otages. Le 9 janvier enfin, son portable avait été localisé non loin de l’Hyper Casher de la porte de Vincennes. Ce jour-là, Amedy Coulibaly était entré dans un supermarché casher de Paris et tué froidement quatre personnes.

http://www.metronews.fr/info/attentats-de-paris-la-gendarme-compagne-d-un-proche-d-amedy-coulibaly-revoquee/moiC!NgwXqHsuz2h2/

Jeudi 24 septembre, à Paris : Tous au rassemblement du Siel pour refuser la déferlante migratoire

Jeudi 24-9, à Paris : Tous au rassemblement du Siel pour refuser la déferlante migratoire

Publié le 16 septembre 2015 – par 13 commentaires http://ripostelaique.com/jeudi-24-septembre-a-paris-tous-au-rassemblement-du-siel-pour-refuser-la-deferlante-migratoire.html

manifsielCOMMUNIQUE DE RESISTANCE REPUBLICAINE ET RIPOSTE LAIQUE

Jeudi 24 septembre, à Paris : Tous au rassemblement du Siel pour refuser la déferlante migratoire

Enfin une initiative patriotique se met en place, à Paris, pour protester contre la déferlante migratoire que subit notre pays, avec la complicité de notre gouvernement et de l’Union européenne.

http://www.siel-souverainete.fr/actualites/communiques/629-contre-la-deferlante-migratoire-mobilisons-nous.html

Dans une vidéo mise en ligne il y a quelques jours, la présidente de Résistance républicaine, Christine Tasin, et le fondateur de Riposte Laïque, Pierre Cassen, appelaient les Français à se battre contre l’invasion migratoire. Ils faisaient remarquer que ceux qu’on osait appeler des migrants ne constituaient, dans la majorité des cas, qu’une cinquième colonne constituée de ressortissants musulmans, hommes seuls, en pleine force de l’âge.

Ils insistaient, au nom du principe de précaution, sur les risques accrus que cette présence faisait courir aux Français, déjà confrontés quotidiennement à la guerre islamique menée sur notre propre sol. Ils dénonçaient l’imposture de la victimisation de ces clandestins, faisant remarquer que s’ils avaient fui la guerre, alors ils y avaient abandonné femmes, enfants et vieillards. Un reportage d’une équipe de Riposte Laïque à Calais confirmait l’ampleur de la manipulation victimaire subie par nos compatriotes, et la détresse des populations locales.

http://ripostelaique.com/exclusif-riposte-laique-dans-la-jungle-de-calais-video-8.html

La préférence étrangère de ce régime apparaît clairement à tous les Français, qui constatent que 77.310 logements ont pu se libérer pour des clandestins, alors qu’ils étaient inaccessibles pour nos compatriotes, mal ou pas logés du tout. Alors que ce régime impose l’austérité à son peuple, il trouve des milliards à consacrer à des nouveaux venus qui n’ont pas leur place chez nous, dans une période où le chômage de masse s’aggrave dramatiquement. La majorité des maires de France refuse la pression du gouvernement. Ils ne veulent pas voir leur ville, trop souvent victime de l’ensauvagement de notre pays, accueillir encore des nouveaux venus qui n’ont pas pas notre mode de vie.

Résistance républicaine et Riposte Laïque partagent l’analyse et les mots d’ordre des organisateurs. Ils appellent l’ensemble de leurs adhérents et lecteurs parisiens à assurer le succès de ce premier rassemblement parisien, qui se tiendra le jeudi 24 septembre 2015, à partir de 19 heures 30, symboliquement devant l’ambassade d’Allemagne, 28, rue Marbeau, Paris 16e.

Dans toute la France, nous appelons nos compatriotes à multiplier les initiatives rassembleuses, sur le terrain. Nous sommes disponibles pour participer à un rassemblement de patriotes unitaires, permettant que sur le terrain, dans la rue, puisse s’exprimer le point de vue de la majorité des citoyens de ce pays, qui, malgré un bombardement médiatique sans précédent, digne des pires régimes totalitaires, continuent à refuser l’invasion migratoire.

Il en va de la défense de nos compatriotes, de notre mode de vie et de notre civilisation, qui risquent de disparaître si la politique criminelle de l’Union européenne et de ses complices socialistes réussissait à se mettre en place.

Tous à Paris, le 24 septembre !

Christine Tasin et Pierre Cassen

  • L’Appel du Siel (Souveraineté Indépendance et Libertés)

http://www.siel-souverainete.fr/actualites/communiques/629-contre-la-deferlante-migratoire-mobilisons-nous.html

L’Europe traverse depuis plusieurs semaines une crise migratoire inédite. Des migrants venus d’Afrique noire, du Maghreb ou du Moyen-Orient submergent notre continent dans des proportions considérables. Les causes économiques ou politiques de ce phénomène transfrontalier étant loin d’être réglées, chacun pressent que cet exode migratoire n’en est qu’à son début.

A droite comme à gauche, à Bruxelles ou à Paris, les élites politico-médiatiques refusent de voir la menace mortelle d’une invasion migratoire qui va bouleverser nos acquis sociaux, accroître l’insécurité quotidienne et modifier l’identité culturelle du continent. Bien au contraire, la troïka Merkel/ Juncker/Hollande oblige les pays de l’Union européenne à accueillir les ‘‘migrants’’ en leur imposant des quotas obligatoires et permanents. Déjà saturé par une immigration légale et clandestine insupportable, notre pays se voit ainsi contrainte de recevoir 24.000 ‘‘migrants’’ au titre d’un quota qui sera appelé à être rapidement réévalué au rythme des réalités géopolitiques mondiales : au passage, la France paye au prix fort les conséquences migratoires de la folle action diplomatique du trio Sarkozy/Hollande/BHL qui est parvenu en peu d’années à déstabiliser durablement tout le bassin méditerranéen.

Comme partout en Europe, les Français n’ont pas été consultés pour autoriser François Hollande à négocier et conclure pareils accords. Nos compatriotes sont en réalité ignorés, méprisés, oubliés et leur avis ne compte pour rien au yeux d’un gouvernement socialiste qui entend imposer à la France une politique migratoire qui n’a jamais été démocratiquement débattue.

Contre les renoncements et les diktats de la gauche mondialiste, le sursaut patriotique s’impose. Tous ensemble, nous devons nous opposer à l’arrivée programmée de populations étrangères indésirables, réclamer le démantèlement de l’espace Schengen et rétablir nos frontières territoriales. Une manifestation est organisée le jeudi 24 septembre prochain à 19 heures 30 devant l’Ambassade d’Allemagne à Paris (*) pour exprimer la profonde indignation des Français. Soyons nombreux à refuser la politique migratoire anti-démocratique imposée par Hollande ! Soyons nombreux à exiger un référendum pour rendre la parole au peuple ! Soyons nombreux à agir pour retrouver la maîtrise du destin de la France !

Karim Ouchikh
Président du SIEL

Frédéric Pichon
Vice-président du SIEL

(*) En raison de travaux, l’Ambassade d’Allemagne est abritée dans les locaux du Consulat d’Allemagne à Paris (28, rue Marbeau – 75116 Paris ; Métro : Porte Dauphine/ Neuilly-Porte Maillot)

  • Le manifeste du Siel
 karim ouchikh par Karim Ouchikh
Président du SIEL
Administrateur national du Rassemblement Bleu Marine
Conseiller municipal et d’agglomération de Gonesse.

Sur l’état de la France, les commentateurs politiques partagent le même diagnostic : notre pays souffre d’une impuissance à agir, d’une crise d’identité et d’une incapacité à porter remède aux freins qui l’embarrassent de longue date. Ces maux endémiques sont autant de défis que la France doit surmonter pour retrouver durablement les chemins de l’indépendance, de l’estime d’elle-même et de la prospérité.

Le défi de la souveraineté

Depuis près de vingt ans, au fil des engagements européens et internationaux imposés à notre pays, nos oligarchies médiatico-politiques ont privé la France de sa souveraineté institutionnelle, en la dépouillant méthodiquement des instruments régaliens, – militaire (OTAN), monétaire (euro), territorial (Schengen), budgétaire (Pacte budgétaire européen), normatif (institutions de Bruxelles et cours de justice européennes)…-, qui lui avaient permis depuis toujours de maîtriser son destin. La France ne gagnera rien, pas même un surcroît de puissance, à s’intégrer davantage à un espace européen sans frontières, uniforme et autoritaire, qui vise au fond à la disparition programmée des Etats et à l’extinction mécanique de l’identité millénaire des peuples qui composent notre continent. Si nous voulons aimer l’Europe et croire sincèrement en son avenir, tout en restant attachés à la préservation de ses peuples, nous devons nous extraire rapidement du modèle d’intégration fédéraliste de l’actuelle Union européenne, – zone euro comprise -, pour nous tourner résolument vers un projet européen authentique, d’essence confédérale, qui serait enfin respectueux des Etats souverains et des identités nationales : c’est à ce prix que la France pourra retrouver les marges de manœuvres politique, économique et budgétaire qui lui font tant défaut actuellement. Sur cette question essentielle, devenue la véritable ligne de partage des eaux de la vie politique française, – comme sur celle de notre alignement atlantiste dont il nous faut nous émanciper -, nos compatriotes doivent pouvoir s’exprimer librement et statuer en dernier ressort, en 2017, sans craindre que leur parole ne leur soit à nouveau confisquée, comme cela fut le cas lorsque les forces de l’UMPS adoptèrent par voie parlementaire en février 2008, avec le traité de Lisbonne, un texte qui avait été pourtant massivement rejeté par les Français lors du référendum du 29 mai 2005.

Le défi des valeurs

Jusqu’à ces vingt dernières années, nul ne songeait à remettre explicitement en cause les fondements multiséculaires du socle anthropologique français né d’un héritage historique façonné à la confluence de ses quatre composantes indivises : la pensée rationnelle grecque ; la civilisation politico-juridique romaine ; le legs culturel chrétien ; le mouvement d’émancipation de l’individu apparu à la Renaissance et amplifié par les Lumières. Ce modèle identitaire, autrement désigné sous l’appellation de Bien commun, s’efface à mesure que progressent, avec la mondialisation, la sécularisation et l’éclatement de notre société contemporaine, dans laquelle prospèrent désormais le matérialisme, l’individualisme, l’hédonisme, la méconnaissance et le rejet des racines de notre civilisation. Les bouleversements des équilibres familiaux traditionnels (mariage homosexuel,  gender, GPA, PMA..), la remise en cause de nos repères sacrés (dignité de l’homme, marchandisation du corps humain, respect de la vie de la conception à la mort), les mutilations culturelles répétées (repentances historiques, destructions de nos églises, atteintes à nos paysages, à nos traditions et à nos terroirs), la banalisation de nos valeurs fondatrices (la patrie, l’autorité, la morale, le mérite…) participent, d’un même élan, à cette vaste offensive anthropologique des forces libérales-libertaires, dont le potentiel hautement destructeur n’épargne aucun Français. C’est à ce combat radical de civilisation, – inséparable du redressement économique et social de la France et de l’amélioration du niveau de vie de notre peuple -, qu’il nous faut nous atteler dorénavant pour enrayer cette insécurité culturelle dont souffrent tant nos compatriotes, avec une vigueur d’autant plus forte qu’une autre menace anxiogène nous guette simultanément, avec l’expansion sur notre territoire de communautés immigrées considérables dont les modes de vie décomplexées sont radicalement étrangers à nos pratiques culturelles.

Le défi des libertés

La société française souffre de nombreux blocages qui anesthésient durablement les ressources de son génie propre : la vitalité de nos PME, commerçants, artisans et professions libérales est handicapée par le fardeau intolérable de la règlementation administrative  et le poids excessif de prélèvements obligatoires qui font fuir nos talents à l’étranger ; la liberté d’entreprendre et la capacité à innover de nos entreprises sont entravées par la tutelle sclérosante de l’Etat  et par les effets pervers du principe de précaution ; la capacité de notre économie à rebondir est amoindrie par la lourdeur du Code du travail et l’activisme suicidaire de syndicats peu représentatifs ; la transmission des savoirs de base (lire, écrire, compter) auprès de nos jeunes générations n’est plus assurée par un ministère de l’Education nationale fossilisé par le poids des corporatismes syndicaux et de l’idéologie du pédagogisme ; la multiplication des lois liberticides et les excès du politiquement correct ont anéanti la liberté d’expression, tandis que la sécurité élémentaire des biens et des personnes n’est plus assurée par la puissance publique. Les excellences de toute nature, – de la famille aux capitaines d’industrie -, aspirent en réalité à disposer de plus d’autonomie et d’indépendance : celles-ci doivent pouvoir désormais s’épanouir partout et ne plus connaître la moindre entrave réglementaire ou fiscale. De ce point de vue, c’est bien à l’Etat stratège, recentré sur ses compétences régaliennes, qu’il appartient, dans la concertation avec l’ensemble des corps intermédiaires, de concevoir et de garantir l’intégrité de ces nouveaux espaces de libertés afin de libérer les énergies pour mieux assurer la prospérité de la France et le bien-être matériel et moral de nos compatriotes.

Publié dans Valeurs Actuelles : http://www.valeursactuelles.com/politique/karim-ouchikh-les-trois-defis-francais

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 317 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :