Flux RSS

Archives de Tag: PS

La gauche a abandonné les Français juifs

Il y a encore 20 ans, tous les juifs que je connaissais étaient de gauche, présents dans toutes ses tendances.

Aujourd’hui, à l’image de la population française dans son ensemble, les Israélites de France expriment leur déception dans des votes qui s’orientent de plus en plus à droite, franchissant, et c’est nouveau comme le souligne l’article ci-dessous, les antagonismes de classe et les niveaux de richesse.

Victimes d’un antisémitisme croissant au rythme de l’islamisation du pays, une islamisation encouragée par la politique du gouvernement socialiste, les Français de confession juive se tournent vers ceux qui sont les plus susceptibles de garantir leur sécurité. Et pour l’instant, un seul parti, le Front National affirme sans retenue son patriotisme contre l’invasion islamiste qui a nourri les terroristes qui ont semé la mort en janvier et novembre 2015.

De son côté la gauche n’a cessé de manifester une indulgence criminelle vis à vis des délinquants et des criminels qui persécutent les juifs avec les mêmes arguments que les nazis, hurlent « mort aux juifs » dans certaines manifestations dites « antisionistes », séquestrent et torturent des juifs comme le jeune Ilan Halimi (une trentaine de voisins était au courant et ont approuvé, aucune sanction pour eux, sanction légère pour l’appât) et attaquent l’hyper cacher de Vincennes pour la seule raison qu’il est un commerce juif.

Dans l’article ci-dessous vous pourrez lire l’analyse du président de la Confédération Des Juifs de France et Amis d’Israël qui donne de nombreux exemples justifiant le désamour des Israélites de France pour la gauche.

La Connectrice

Source

 

Les juifs de France et la gauche : Que reste-t-il de nos amours ?

Les juifs de France et la gauche : Que reste-t-il de nos amours ?

La désaffection des juifs d’aujourd’hui pour la gauche est un phénomène que la «sociologie spontanée” pratiquée au café du commerce ne manque pas de souligner, soit pour le déplorer, soit, au contraire pour s’en réjouir.

Que sont devenus les gros bataillons de juifs communistes lecteurs, jadis de la Naïe Presse en yiddish ? Que sont devenus les ” bundistes” de la rue René Boulanger et du cercle Gaston Crémieux ? Certes, l’U.E.J.F, le Cercle Bernard Lazare et l’Hachomer Hatzaïr existent toujours comme lieu de rassemblement de la gauche sioniste française, mais ce n’est pas leur faire injure que de constater leur considérable perte d’influence au sein de la communauté, et qu’ils ne constituent plus aujourd’hui qu’une sorte de relique d’un passé florissant.

Quand on a la curiosité de consulter les études de sociologie consacrées à ce sujet, on découvre que le comportement politique des juifs de France est largement déterminé par leur statut social. En gros, les nantis votaient à droite et les autres à gauche, en tous cas jusqu’à un passé récent. Dominique Schnapper et Hélène Strudel l’ont démontré de manière brillante dans un article remarquable sur le « vote juif » paru en 1983.

Petit retour historique: lorsque dans la première moitié du 20ème siècle, les juifs d’Europe orientale fuyant la misère et la persécution trouvent refuge en France, ils ne vont pas s’installer directement dans le XVIème arrondissement. Ce petit peuple d’ouvriers et d’artisans se retrouve mêlé au Paris populaire, celui qui vote “rouge” et vomit le bourgeois, et qui se concentre à Belleville ou à Ménilmontant. Pourquoi aurait-il adopté un comportement électoral différent de celui de ses voisins de palier, d’autant plus que l’antisémitisme était alors massivement présent dans le “peuple de droite” ?

Quant aux “israélites français”, hormis une partie des intellectuels juifs dont Lucien Herr et Léon Blum sont les plus emblématiques exemples, ils se comportaient comme leurs équivalents de la bourgeoisie « goy », à la différence près qu’ils manifestaient un républicanisme intransigeant par fidélité à ceux à qui ils doivent leur émancipation.

Qu’en est-il aujourd’hui ? Les enfants de prolétaires juifs polonais sont devenus professeurs, avocats, hommes d’affaires et la communauté juive de France a été profondément marquée par l’arrivée massive des juifs d’Afrique du Nord au début des années 60. Ces derniers n’adhéraient pas spontanément, loin de là, à une gauche rendue responsable, avec de Gaulle, du “bradage” de l’Algérie française. Mais, peu à peu, leur comportement électoral s’est normalisé et a rejoint celui de l’ensemble de la population, à la notable exception du vote Front national, même si quelques juifs s’y sont perdus, et que ce phénomène a eu tendance à s’accentuer depuis la passation de pouvoir du père à la fille.

La surreprésentation des juifs français dans les milieux intellectuels : université, presse, édition, arts, traditionnellement orientés majoritairement vers la gauche a induit une analyse perverse et a donné l’impression que les juifs français échappaient au déterminisme de classe pour régler leur comportement politique sur des valeurs, majoritairement de gauche. Cette illusion était amplifiée par leur « surreprésentation » au sein des institutions juives et notamment du C.R.I.F. ( peu « représentatif » de la réalité juive sur le terrain, celle du « peuple juif de France »!) ou de l’U.EJ.F.( groupuscule de quelques 300 à 400 membres et plus représentatifs d’une section du parti socialiste que de la jeunesse juive). Bien que peu représentatives ces structures de notables ont l’écoute des médias dans la mesure où ils suivent docilement le gradient du politiquement correcte.

De plus, il y a une radicalisation gauchiste des juifs dits ”antisionistes” qui se retrouvent au P.C ou chez les Verts, voire à Europalestine ou l’UJFP, ceux que Shmuel Trigano nomme, à juste titre, les “alterjuifs”. Ils sont ultra minoritaires malgré le vacarme qu’ils produisent; leur écho médiatique est inversement proportionnel à leur réelle influence. En effet, ils sont les « chouchous » des médias qui veulent entendre dire par un juif tout ce qu’ils n’osent pas dire directement. Entre eux et la masse du peuple juif de France, viscéralement attachée à Israël, il n’y a rien!

Mais tout ceci n’invalide pas, globalement, les résultats obtenus par les différentes analyses sociologiques sur le terrain : le vote juif n’en est pas un, à l’exception de quelques temps forts.

Sauf que! En Israël, où ils sont près de 200 000 binationaux à faire la queue devant les consulats lors de chaque présidentielle, il y a une sensibilisation particulière à la politique étrangère de la France et que cela se traduit, très nettement, dans les urnes! En 1981, ils ont voté à 75% pour François Mitterrand contre Giscard d’Estaing. En 2007, ils furent plus de 80% à préférer Nicolas Sarkozy à Ségolène Royal. On n’a pas besoin d’aller très loin pour chercher les motivations de ce vote, mais il pourrait être le révélateur d’un phénomène nouveau, contagieux à la métropole et reflet d’une inquiétude certaine.

La montée de l’antisémitisme depuis les années 2000, la distanciation du Parti Socialiste de ses amitiés communautaires et d’Israël, ont , en effet, changé la donne.

Depuis la seconde guerre mondiale, et notamment aux côtés de la S.F.I.O, la communauté juive de France a eu une communauté de parcours avec la gauche.

Des nombreux membres de cette communauté avaient des postes à responsabilité au sein du Parti Socialiste, du Parti Communiste et des Syndicats; mais, voilà, il y a dix ans, un théoricien du Parti Socialiste, Pascal Boniface, lance une polémique qui n’a cessé d’empoisonner les relations entre le Parti Socialiste et la communauté juive de France.

Le ver était dans le fruit!

Les dirigeants socialistes d’origine juive ont du faire preuve d’imagination afin de « démontrer » leur « non allégeance à Israël », se détachant de toute position qui aurait pu être ambigüe, jusque, parfois, à prendre des positions plus radicales que leurs « camarades » « goy ».

Le Parti Socialiste, à l’origine très pro-israélien, a pris ses distances pour arriver à des positions très proches d’une certaine radicalité anti-israélienne. Cela était d’autant plus facile que c’était un sentiment largement répandu dans la société française.

Mais ce qui est plus grave, beaucoup plus grave, c’est ce qui s’est passé en Novembre 2011: la mise en application par le Parti Socialiste, représenté par Madame Aubry ( dont on connait les amitiés), de la directive Boniface: la politique des « quota » ethniques dans les investitures!

L’on pourra dire ce que l’on veut, la décision de « désinvestir » trois députés socialistes « d’origine juive », comme on se plait à le dire, au profit d’antisionistes notoires, n’a pas été anodine et a laissé des traces. En effet, on s’en souvient, sur quatre députés parisiens « d’origine juive », trois ont été destitués! En Île de France, c’est cinq députés d’origine juive qui ont cédé leur place aux« verts » particulièrement hostiles à Israël.  Cette décision n’était certainement pas le fruit du pur hasard! Même si ce n’était pas de l’antisémitisme, cela lui ressemblait fort et a été ressenti comme tel, et tout au mieux cela était de l’opportunisme cher à la doctrine Boniface; ce « bonifacisme » ressemblait fort à une politique des « quotas » à laquelle l’Union Soviétique nous avait habitués. Et ce ne sont pas les dénégations des principaux intéressés, prisonniers du système, qui changeront la donne. Ce ressenti a reflété une triste réalité. Le Parti Socialiste a laissé apparaître une volonté de rétablir, pour les juifs du parti, le triste et célèbre « numerus clausus » dans ses investitures, c’est désormais à lui de nous démentir par des faits.

L’arrivée de François Hollande, ami de toujours d’Israël et attentif aux inquiétudes de la communauté juive de France a quelque peu changé la donne. L’arrivée d’Emmanuel Valls et le départ des communistes et des verts du gouvernement, a redonné quelques espoirs à la communauté juive et aux amis d’Israël. La réplique forte et claire du gouvernement face à l’antisémitisme a conforté cette approche.

Malheureusement la crise, le manque de résultats dans le domaine économique et social, les prises de position plus centristes que socialistes du gouvernement a ouvert une brèche dans le camps socialiste avec l’apparition des frondeurs et un fossé avec les ex-alliés verts et communistes. Pour les garder dans le “giron de la gauche”, il a fallu leur donner des gages qui, bien entendu et comme souvent, le furent au détriment de la communauté juive et des amis d’Israël ( vœux pour la reconnaissance de l’État palestinien, modération face aux dérapages anti-israéliens, voire antisémites, …).

Dans ce contexte et face à la progression exponentielle des actes antisémites de plus en plus violents qui venaient presque exclusivement des milieux maghrébins et islamistes, un nombre de plus en plus importants de français juifs se sont ancrés dans la défense des valeurs de laïcité, de sécurité et d’identité de plus en plus transgressées. C’est ainsi que, pour la première fois, des français juifs ont succombé à l’attraction du vote Front National: de 14% en 2012, ils ont du croitre à environ 20% aujourd’hui, voire plus.

En effet, la prise de pouvoir de Marine Le Pen, le fait comme l’a si bien dit Roger Cukierman, que Marine Le Pen était “irréprochable” dans son expression ( je défis quiconque de trouver des propos racistes ou antisémites dans ses déclarations) , qu’elle ait condamné sans ambigüité l’horreur et l’indignité de la Shoah, qu’elle ait sanctionné de manière immédiate et de manière irrévocable tous ceux qui, dans son camps, ont dérapé, tout cela a fait que le passage à l’acte du vote front national n’était plus sacrilège !!!

Et n’en déplaise à Messieurs Sacha Reingewirtz et Ghershon Nduwa le glissement vers le vote Front National n’est certainement pas dû aux gènes des juifs séfarades ( je croyais que  ce combat rétrograde entre séfarades et ashkénazes était d’un autre âge) mais plutôt au manque de réponses claires et sans ambiguïté aux angoisses des juifs de France.

Malheureusement, ce ne sont ni les propos de François Fillon sur Israël ou l’abattage rituel, ni le fait de mettre les troublions de gauche anti-israéliens, voire antisémites, sur la liste régionale de Claude Bartolone ( Clémentine Autain est en deuxième place !!!!!) qui rassureront nos concitoyens de confession juive ou les amis d’Israël.

Nous ne le répéterons jamais assez: tant dans la communauté juive que nationale, le peuple a besoin d’être rassuré et de retrouver la confiance; seule un retour à l’éthique et à l’écoute du peuple, une réformation politique et une créativité renouvelée nous permettra de retrouver cette confiance si nécessaire au retour du politique, au développement économique et au lien social.

Il est urgent de redonner de l’espoir à ceux qui sont cruellement désespérés!

Richard C. ABITBOL

Président

Manipulation. Le PS et ses pratiques malhonnêtes. Les « rendez-vous de la jeunesse à Creil.

Publié le

Il faut un temps quand je croyais aux vertus humanistes de la gauche. J’ai donc fait du bénévolat pour ma mairie socialiste et assisté -croyant pourvoir participer- aux réunions « citoyennes » de mon quartier.

A mon étonnement naïf j’ai découvert un fonctionnement malhonnête digne des pires années du stalinisme: hypocrisie, mensonges et manipulations, langue de bois et contrôle de la contestation, utilisation des militants pour circonvenir les non militants et opposants éventuels, détournement des valeurs attribuées au socialisme, autosatisfaction du PS avec promesses qui ne mangent pas de pain et ne seront jamais tenues.

L’article ci-dessous relate un pseudo rendez-vous entre les ministres du gouvernement socialiste et la jeunesse de Creil. Ce compte-rendu reflète exactement les pratiques malhonnêtes du PS telles que je les ai expérimentées à plusieurs reprises. Le commentaire qui suit l’article est un témoignage qui confirme le contenu de l’article.

Heureusement, les Français ont ouvert les yeux depuis longtemps et le PS n’est plus qu’une carcasse vide tenue à bout de bras par des militants bornés et soucieux de leurs petits avantages obtenus par copinage dans l’intérêt de ceux, président, ministres et édiles, qui le leur ont accordé pour se maintenir en place.

Malheureusement, la classe politique est à ce point corrompue que, par le vote « démocratique », il n’y a gère d’alternative et c’est pour cela que les citoyens s’abstiennent de voter. Ils se désintéressent de devoir passer de Charybde en Scylla.

Pendant ce temps, profitant de notre faiblesse, des forces obscures minent notre pays de minute en minute, gagnant sans cesse de nouvelles positions et pourrissant notre vie quotidienne, anéantissant nos idéaux et nos espoirs d’une vie meilleure dans la régression vers des pratiques datant du VIIème siècle après JC.

Notre jeunesse éduquée fuit la France par milliers chaque année tandis que des migrants sauvages, primaires, analphabètes, rustres et fanatiques , des mâles en majorité, l’abordent par centaines de milliers pour la conquérir, téléguidés qu’ils sont par les islamistes.

L’avenir est bien sombre, conséquence des politiques menées autant par la droite que par la gauche. Toutefois la gauche actuelle lui donne un sacré coup de grâce.

Le Front National est-il une réponse au naufrage de la France ? Rien n’est moins sûr.

Je crains que nous n’ayons le choix qu’entre le village d’Astérix et l’émigration comme nos ancêtres qui se sont installés au Canada et en Louisiane.

D’autres idées ?

La Connectrice

http://www.leparisien.fr/creil-60100/creil-le-rendez-vous-rate-entre-les-ministres-et-la-jeunesse-30-05-2015-4817649.php

Creil : le rendez-vous raté entre les ministres et la jeunesse

Floriane Louison | 30 Mai 2015, 20h16 | MAJ : 30 Mai 2015, 20h16

 
 
RÉAGIR

1
Creil, ce samedi. Trois ministres, dont Najat Vallaud-Belkacem et Patrick Kramer, se sont déplacés à Creil pour écouter ce que les jeunes avaient à dire dans le cadre des « Rendez-vous de la jeunesse ».
Creil, ce samedi. Trois ministres, dont Najat Vallaud-Belkacem et Patrick Kramer, se sont déplacés à Creil pour écouter ce que les jeunes avaient à dire dans le cadre des « Rendez-vous de la jeunesse ». (LP/F.L.)

Creil accueillait, ce samedi, les « Rendez-vous de la jeunesse ». Une initiative du ministère de la Ville pour prendre le pouls de la jeunesse française.

 

Le concept : des ministres – en l’occurrence, Patrick Kanner, ministre de la Ville, Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l’Education nationale et Laurence Rossignol, secrétaire d’État chargée de la famille – viennent discuter en direct avec des jeunes. En réalité, peu ont eu cette chance parmi les 300 participants – dont un certain nombre était d’ailleurs salariés, élus et proches des mairies de l’agglomération.

Ils étaient assis par groupe de 20 autour de 15 tables. Les ministres n’ont pu rejoindre que quelques-unes d’entre elles. Les autres se sont « contentées » d’élus ou acteurs locaux. Un débat, autour de l’emploi et de l’éducation, orchestré à la baguette : 15 minutes pour poser un constat, 15 minutes pour les « coups de gueule » et 30 minutes de propositions. Pas une de plus… Une fois le temps écoulé, une sonnerie ramène tout le monde au silence. « Une heure pour écouter 300 jeunes, c’est 12 secondes de temps de parole chacun », calcule, amer, l’un d’entre eux. Résultat : « 30 propositions entendues et qui seront prises en compte », assure pour sa part Patrick Kanner. Mais surtout un « coup de com » pour les ministres qui n’ont pas manqué l’occasion de vanter l’action du gouvernement.

Jijia publié le 30 Mai 2015 à 22:28

Pour avoir été sur place aujourd’hui, cet événement c’est du flan et un énorme coup de com’. Très peu de temps, absolument aucune réelle possibilité de s’exprimer, les ministres entourés de plusieurs photographes particulièrement oppressant pour le jeune public. Résultat ? Des jeunes qui restent assis, très peu de parole… Je suis resté proche de la table de Najat et c’était un sketech. Ses paroles étaient interminables, tout cela dans un jargon politique qui renforce la démarcation et les jeunes et eux, les politiques. Ma plus grosse déception ? Lors de la restitution, Najat a indiqué avoir aimé une proposition des jeune d’une table alors que c’était SA proposition, cet événement n’est qu’un coup de com gigantesque… 1h à peine pour discuter avec la jeunesse, tu parles

« Politique de la Ville ». Des milliards dépensés au profit du PS aux dépens des citadins

Je vous laisse apprécier cet article du criminologue Xavier Raufer paru ce matin sur Boulevard Voltaire. http://www.bvoltaire.fr/xavierraufer/politique-ville-histoire-nen-finit,102746

Xavier Raufer est docteur en géopolitique et criminologue
Il enseigne dans les universités Panthéon-Assas (Paris II), George Mason (Washington DC) et Université de Sciences politiques et de droit (Pékin)

Le criminologue publie ces jours-ci sur Boulevard Voltaire toute une série d’articles très intéressants sur la Politique de la Ville.

http://www.bvoltaire.fr/xavierraufer/politique-ville-dargent-public-pas-moins-delinquance,102766

http://www.bvoltaire.fr/xavierraufer/politique-ville-moulin-prieres,102751

http://www.bvoltaire.fr/xavierraufer/politique-ville-ces-banlieues-croulent-fric,102754

« Politique de la ville » : une histoire qui n’en finit plus

Ville
Le 9 septembre 2014

L’ancêtre de la « politique de la ville » remonte à 1977. Il s’appelait « Habitat et vie sociale ».

Ruineuse, cette « politique de la ville » est aussi désastreuse. Alors que, dès les années 1970, son seul objectif était d’insérer les « quartiers chauds » dans le droit commun et d’y faire émerger des élites policées, ces mêmes quartiers sont pour la plupart devenus de périlleux ghettos où des gangs contrôlent de juteux trafics illicites, et « tiennent » des politiciens complices ou terrifiés.

Même la presse de gauche le déplore. Pour Le Nouvel Observateur(10/1/2013), « la politique de la ville n’a pas empêché la ghettoïsation progressive, la répétition des émeutes et la montée des bandes en lien avec les trafics de drogue ». Et pour Le Monde (7/6/2013) : « Ghettoïsation d’une population issue de l’immigration maghrébine, désarroi social, chômage des jeunes, précarité, pauvreté, violence et trafics en tous genres. On meurt dans les cités sensibles plus que partout ailleurs en France. »

Dans le quartier toulousain du Mirail par exemple (bien sûr, territoire de la « politique de la ville »), « les voyous sont structurés en équipes de malfaiteurs… Le trafic de drogue s’est aggravé de manière quasi exponentielle ces dernières années… la présence des trafiquants pèse de plus en plus » (Le Monde, 7/2/2014).

Au-delà même d’un sévère banditisme, les « quartiers de la politique de la ville » monopolisent les violences urbaines (embuscades visant les forces de l’ordre… incendies massifs de véhicules et de bâtiments… constantes guerres de gangs, assassinats à l’arme de guerre, etc.). Lisons le « Rapport au Premier ministre du Centre d’analyse stratégique » (2006, sur l’explosion de violence de 2005) : « Les communes relevant de la politique de la ville y semblent plus sensibles, concentrant l’essentiels des faits (violences, incendies volontaires, etc.)… Dans la petite couronne [parisienne], les communes de la politique de la ville ont été le théâtre de la plupart des incendies de véhicules de la phase initiale », etc. En juin 2014 et pour la vingtième fois, sinon plus depuis l’origine, l’actuel gouvernement a rebattu les cartes de la « politique de la ville ». Décodeur : fictivement et pour la galerie, le ministre du jour a prétendu redresser et améliorer une « politique », en fait invariablement désastreuse depuis… 37 ans.

L’ancêtre de la « politique de la ville » remonte en effet à 1977. Il s’appelait « Habitat et vie sociale ». 37 ans ! Cette « politique » est ainsi le plus immuable, ruineux et stérile des cadavres politiques encombrant les placards de la France officielle.

Simulacre de démocratie. Anne Hidalgo se moque des Parisiens avec son budget participatif de 20M€

Le budget participatif est à la mode et Anne Hidalgo, maire de Paris prétend offrir aux Parisiens « de tous âges et toutes nationalités » la possibilité de choisir parmi 15 projets l’affectation de  5 % du budget d’investissement de la ville. Soit 426 millions d’euros sur six ans. Une enveloppe de 20 millions d’euros et quinze projets sont en jeu pour cette première édition. Du 24 septembre au 1er octobre, les Parisiens seront invités à hiérarchiser les projets qu’ils estiment prioritaires. Les cinq qui remporteront le plus de voix seront mis en œuvre dès 2015. Le vote se fera par internet sur un site dédié. Mais des urnes seront également installées dans les mairies d’arrondissement pour un vote papier. Source

Le PS est coutumier des simulacres de démocratie en reprenant des termes qui évoquent des concepts propres à l’idéal socialiste comme l’égalité, la participation, le collectif, la démocratie directe, la solidarité, les comités de quartier, la Politique de la ville, les droits humains, la parité, etc.

En réalité, le PS aveugle les Français avec ces mots porteurs d’amélioration de leur vie quotidienne pour mieux les manipuler en disant qu’il les a consultés tout à fait démocratiquement. Car, avec le PS, tout est dans le simulacre. On fait semblant de se soucier du bien commun mais vous remarquerez que cette locution est taboue. Les institutions comme l’Assemblée nationale et le Sénat, toutes deux contrôlées par le PS s’entendent à étouffer toute volonté réellement populaire et participative.

La participation selon le PS est un vaste coup de bluff qui masque un comportement Stalinien et totalitaire. Et puis, à quoi servent les élus s’ils sont en concurrence avec la participation directe des Parisiens ?

Voyons donc ce que nous propose Madame Hidalgo comme « projets participatifs ». Source

Les projetsTrier par : Ordre Alphabétique

Des projets qui ne se soucient pas de la qualité de vie des Parisiens

  • On remarquera que la majorité de ces projets concerne les sports et les loisirs, qu’un seul projet concerne l’emploi (le coworking) et un seul est pédagogique. On a l’impression avec ces choix que la majorité des Parisiens ne travaille pas et que son principal souci est de se distraire.
  • Pour ce qui est de la qualité de vie, nous avons le tri des déchets, un besoin absolument fondamental à Paris, pour lequel  1M€ est prévu quand 8 M€ sont déjà alloués à deux « piscines éphémères » ! Comme pour tous les projets, peu de détails sont donnés sur le traitement final de ces déchets. Les collecter est indispensable mais les recycler et les traiter est fondamental pour garantir la santé de notre terre. Or j’ai entendu dire que les centres de traitement des déchets ne suivaient pas la collecte …
    • Sur la dégradation de la qualité de vie on s’interrogera sur la musique amplifiée et le cinéma de plein air dans les parcs urbains, au plus proche des habitants, une pollution sonore en perspective qui semble ne concerner que les professionnels de santé . Sans oublier que certaines musiques appellent l’alcool autorisé -Aux Buttes-Chaumont la bière est en vente libre- ou pas, les drogues, les incivilités et parfois la violence.

Absence d’information sur les projets, leur sélection et leurs responsables

  • Aucune information n’est donnée sur le nombre de projets proposés au total, leur objet et sur quels critères quinze ont été retenus par le Conseil de Paris.
  • Aucune information n’est donnée sur les porteurs de projets, les chefs de projets, les concepteurs des projets et la ventilation prévisionnelle des dépenses. A qui profitent et profiteront es 20 M€ ? On s’en doute un peu : faire tourner les entreprises amies du PS, fournir des emplois aux amis du PS.

Absence d’information sur les modalités de vote

  • Aucune information n’est données sur les modalités du vote, comment il sera contrôlé (pas de nom d’huissier ou de commissaire), si toute la France pourra voter ou si les parisiens devront présenter leur avis d’imposition, si une même personne pourra voter 100 fois et plus, etc.

Pour le vote en ligne ou papier : il vous sera demandé de déclarer sur l’honneur les informations suivantes :

  • Nom
  • Prénom
  • Adresse
  • Date de Naissance
  • Adresse électronique si vous votez en ligne et dans tous les cas si vous souhaitez être tenus informés de l’actualité du budget participatif. https://budgetparticipatif.paris.fr/bp/le-budget-participatif-.html

Nous savons bien pour l’avoir observé maintes fois que le PS fait toujours un simulacre de consultation du peuple pour imposer des décisions déjà prises et, surtout pour les légitimer par un « vote démocratique ».

Malheureusement les militants du PS et leurs bobos de copains, pour la plupart vivant dans des quartiers privilégiés et suffisamment à l’aise pour partir au ski, à la mer, à la campagne ou à Bali quand ils le souhaitent soutiendront ces projets qu’ils verront de loin et dont ils ne subiront pas les inconvénients, y compris le manque à gagner pour des investissements plus essentiels pour les Parisiens qui vivent vraiment à Paris et n’ont guère la possibilité d’aller ailleurs.

une Taubira à vélo+deux totos+ deux motos + deux autos=combien d’euros ?

Publié le

securedownload

une belle pagaille dans Paris avec une bonne femme qui veut faire du vélo pour faire semblant d’économiser les sous du contribuable mais fait gonfler les dépenses en réalité
 Démagogie quand tu les tiens !
Si ça c’est pas de la provocation démago-socialo !
2 personnels de sécurité à vélo 
+ 1 monospace (pour mettre le vélo)
+ 1 Peugeot en fermeture 
+ 1 équipage à moto.

Cela fait quand même 2 voitures et une moto qui polluent pour nous narguer à vélo et je ne parle pas du nombre de personnes mobilisées pour les 2 gardes du corps à bicyclette, ça leur fait leur sport du jour sans pour autant économiser sur la salle de sports privée du ministère


 Et à part cela, on DEMANDE AUX FRANçAIS DE PAYER PLUS, toujours plus, encore plus

Moscovici, gros veinard !

Publié le

Pierre Moscovici, actuel ministre de l’économie et socialiste actif avait depuis 5 ans une liaison avec Marie-Charline Pacquot, de 30 ans sa cadette, et je n’en savais rien ! Il parait que les amoureux ne se cachaient pas, qu’ils se promenaient bras dessus bras dessous dans la campagne mais que Marie-Charline aurait décidé de se faire remarquer pour soutenir Pierre bouleversé par l’affaire Cahuzac dont tout le monde sait qu’il ne savait rien et ne soupçonnait rien.

Gros veinard parce qu’il s’est trouvé une jeune beauté que tout le monde lui envie et s’inscrit dans la lignée des séducteurs amateurs de chair fraîche comme Eddie Barclay, Johnny Halliday, Yves Montand, Hugh Hefner (fondateur du magazine Playboy) , Arnaud Lagardère, Bruce Willis, Clint Eastwood, Daniel Auteuil, Michael Douglas, Gérard Jugnot et j’en passe de ces Papies papas qui ont déjà derrière eux une famille ou deux avec des enfants qui ont l’âge de leur belle-mère. A ce propos, rappelons-nous la mésaventure du papy Jean-Paul Enthoven et de la jeune Julie Lévy trompée par sa belle mère, Carla Bruni avec son mari Raphaël Enthoven

Gros veinard parce que l’apparition de cette beauté aveugle tous les méchants curieux qui continuent à s’intérroger sur sa naïveté dans l’affaire Cahuzac.

Je vous l’avoue tout de suite j’écris cet article animée par l’envie et la jalousie. Comme j’aimerais être à la place de Marie-Charline ! Tu te rends comptes, Ginette, un ministre ! Bon d’accord, il a trente ans de plus que moi, il est chauve, un peu fripé, un peu fatigué,il a un peu de rhumatismes et parfois une digestion difficile, il s’endort rapidement après un bon repas ou l’effort, il commence à avoir des problèmes de prostate, il a ses habitudes mais il est si cultivé, si riche en biens, relations et réseaux, il connait la vie et m’offre un confort matériel et psychologique que ne me procurerait jamais un garçon de mon âge …

Voici donc la belle Marie-Charline à la une  des médias, un excellent sujet pour l’automne.

L’Express du 15 août  http://www.lexpress.fr/actualite/politique/commentaire.asp?id=1273388

Marie-Charline et Pierre Moscovici: la belle et le ministre

Par Elise Karlin, publié le 15/08/2013 à 12:32

Longtemps, rien n’a percé de la vie privée de Pierre Moscovici. Désormais, il laisse sa compagne, chercheuse en philosophie de 25 ans, afficher leurs sentiments. Et donner de lui une image inédite, loin des rigueurs de Bercy et des tourments de l’affaire Cahuzac.

Paris-Match http://www.parismatch.com/People/Politique/Marie-Charline-et-Pierre-Moscovici-leur-vie-normale-524709

Le site Internet du «Journal du Dimanche» fait le portrait de Marie-Charline Pacquot, la compagne du ministre de l’Economie, Pierre Moscovici. «Il ne se passe rien de notable, nous avons une vie comme n’importe quel autre couple», confie-t-elle. Créditée par la presse anglaise pour avoir rendu «sexy» le socialiste, elle assure pourtant qu’il n’y «pas de calcul» derrière les photos de son désormais célèbre chat Hamlet, qu’elle publie régulièrement sur Twitter. La jeune femme explique également que Pierre Moscovici a été «vraiment blessé, atteint» par l’affaire Cahuzac.

Le JDD http://www.lejdd.fr/Politique/Actualite/Qui-est-Marie-Charline-Pacquot-la-compagne-de-Pierre-Moscovici-624208

Qui est Marie-Charline Pacquot, la compagne de Pierre Moscovici?

PORTRAIT – De plus en plus d’articles lui sont consacrés. Marie-Charline Pacquot, 25 ans, suscite la curiosité des médias. La compagne de Pierre Moscovici assure pourtant au JDD.fr mener « une vie de couple normale ».

Pierre Moscovici fêtera ses 56 ans en septembre prochain, il a donc rencontré sa chérie à 51 ans, quand elle en avait 20. Gros veinard, vas ! Car Marie-Charlène est jolie, intelligente et charmante. Doctorante en philosophie actuellement, elle commençait sa vie d’étudiante quand elle rencontra le ministre, fin philosophe mais déjà chauve quand elle séduisait par sa chevelure de lionne.

Heureusement que les parents de Pierre font dans la psychanalyse et ont pris des distances vis-àa-vis de leurs origines judéo-roumaines car une mère juive ne saurait se réjouir de voir son fils s’amouracher d’une chiksé (fille non juive). On peut quand même se demander si pierre resté petit garçon dans son inconscient ne se paie pas une cure de jouvence en s’allongeant auprès de la toute jeune Marie-Charline comme ces vieux Japonais le font dans le roman « Les belles endormies » de Kawabata. Une manière pour le Ministre, en refusant son âge, de rester l’éternel enfant merveilleux de sa maman.

Les articles de presse cités ci-dessus répètent ce que leur a dicté l’attaché de presse du ministre : Très bouleversé par l’affaire Cahuzac, il aurait incité -à son corps défendant- Marie-Charline à monter au créneau pour lui remonter le moral, défendre son honneur et, sans doute aussi pour détourner l’attendion de la vilaine affaire Cahuzac. Et on comprend que àa marche du feu de Dieu, la preuve, j’en fait un sujet d’article.

L’apparition de la belle Marie-charline sur le devant de la scène suscite en moi tout un éventail de réflexions politiques et morales.

Séducteur «ce type qui appartient à la gauche facile, qui aime la belle vie, les belles filles», c’est ainsi qu’une connaissance décrit Pierre Poscovici au début de sa carrière politique sur les rails de laquelle l’avait lancé son professeur à l’ENA, un certain DSK. http://www.liberation.fr/portrait/0101225780-pierre-moscovici-39-ans-ministre-ps-des-affaires-europeennes-est-un-celibataire-en-politique-solidaire-mais-solitaire-le-quant-a-soi

Il ne savait pas pour Cahuzac comme il ne savait pas pour DSK alors qu’il l’a cotoyé de façon intime pendant des annés «Lui m’a connu comme le «petit Pierre», lui m’a fait venir au Parti socialiste. J’étais son étudiant quand il est était un jeune prof, il devait avoir 33 ans, moi j’en avais 24, et puis pendant 25 ans, on s’est vu toutes les semaines. On a passé des vacances ensemble. On avait des relations intimes» http://www.gala.fr/l_actu/news_de_stars/pierre_moscovici_blesse_par_dominique_strauss-kahn_251999

Quoi ? Pierre Moscovici connu lui-même pour un célibat très actif, réputé séducteur et amateur de femmes a cotoyé son mentor pendant des années sans connaître ses pratiques de prédateur sexuel et la réputation sulfureuse dont ses victimes l’habillaient ?

Ensuite, qui pourra nous faire croire que Moscovici après 30 ans de mijtge dans le chaudront politique et socialiste en particulier n’était pas au courant de certaines des pratiques qui consistent à s’attribuer individuellement le bien commun parce qu’on le vaut bien, à tricher avec le fisc grâce aux avocats fiscalistes et à mettre un peu de liquidités à gauche au cas où les choses tourneraient mal. Ministre du budget, Cahuzac a regardé les députés droit dans les yeux pour affirmer sans broncher qu’il n’avait pas de compte en Suisse. Je ne vois pas pourquoi le Ministre de l’économie ne mentirait pas aec la même assurance pour affrimer qu’il ignorait les combiens de Cahuzac. Et c’est pourquoi il est tout à fait plausible que le service de presse du Ministre en accord avec celui de l’Elusée ait décidé de détendre latmosphère en poussant la jolie Marie-Charline sous le feux des projecteurs histoire de nous éblouir et de nous faire oublier les responsabilités du Ministre Moscovici qui eut mieux fait de démissionner que d’exposer sa chérie.

Seconde interrogation : que se passerait-il si Christiane Taubira avait  une relation avec un jeune homme de 25 ans ? Je vous laisse deviner le scandale. Notre société est loin d’éprouver la même tolérance pour les choix amoureux des femmes et leur sexualité en général. Mais aussi pourquoi les écarts d’âge sont-ils moindres de femme à home que d’homme à femme ? Ne faut-il pas y voir une preuve supllémentaire du désir irrépressible de domination des hommes sur les femmes ?

Un grand écart d’âge met, de fait, la plus jeune en état de sujétion. Un homme plus âgé a plus d’expérience, plus de connaissances, plus d’argent et, au fina plus de pouvoir qu’un homme plus jeune. Il connait plus de ruses et de moyens de commander, de manipuler et d’impressionner, voire de terroriser. D’emblée, la relation entre un homme plus âgé et une jeune fille est inégale. Et quand bien même la jeunette pense savoir obtenir de son vieux tout ce qu’elle désire, c’est toujours lui qui au final gagne parce que pour le conduire à ses fins elle doit s’aliéner à un modèle de femme poupée, potiche, décorative, supportive et qu’elle n’a aucune liberté en dehors du temps physique et mental qu’elle doit consacrer à son vieux. Elle se rend prisonnière de son rôle.

Dictature socialiste : Nicolas, Samuel, Esteban embastillés

Publié le

La gôche socialiste fait ce que la droite n’avait pas osé : elle embastille ses opposants politiques. Les socialistes exécutent aujourd’hui les œuvres qu’ils dénonçaient hier. Ils se comportent comme les staliniens qui prêtaient à ceux qui les dérangeaient des idées et des actes « contre révolutionnaires », un crime impardonnable. Chez les socialistes dépravés qui nous gouvernent, le crime idéologique est le plus grand de tous. Ils sont capables d’excuser des DSK, Cahuzac, Désir, Cambadélis, Andrieu, Guérini, les racailles des banlieues islamisées mais ils vouent aux gémonies leurs opposants politiques, ceux qui pensent autrement. Nos palais de Justice sont devenus des Loubiankas. On n’y torture pas encore physiquement mais bien psychologiquement. On n’y envoie pas encore les opposants au Goulag parce que nous n’en avons pas encore mais on les expédie dans les geôles avec les criminels et délinquants sexuels assoiffés de chair fraîche.

Tout cela est plus moche que moche, consternant et misérable, méprisable et toxique, destructeur et cynique. 

Heureusement, les municipales approchent. Votons pour le changement.

Esteban, Samuel, Nicolas incarcérés : quand Satan règne sur la « justice »

Publié le 28 juin 2013 par Jacques Philarcheïn – Article du nº 309 http://ripostelaique.com/esteban-samuel-nicolas-incarceres-quand-satan-regne-sur-la-justice.html

doigt-accusateur

A Creil, durant la Fête de la Musique (le Veau d’Or de Jack Lang propice, et c’est étudié pour, au déchaînement des violences) un policier a été passé à tabac, frappé jusqu’au traumatisme crânien comme il se doit dans la France Orange Mécanique. Deux individus ont été interpelés, laissés en liberté, et leur procès aura lieu en juillet ; gageons que les peines seront dérisoires… Vous avez bien lu : laissés en liberté.Et des nouvelles de ce genre, il nous en tombe pratiquement une par jour, sur la liste de diffusion de Riposte Laïque.

  • Pendant que ces barbares jouissent de la surprotection accordée par un État libéral-libertaire liberticide, pendant que la grande orgie d’inversion des valeurs bat son plein, d’autres policiers interpellent des innocents, éventuellement les tabassent, et cela, aussi, dans la plus grande impunité. Le problème n’est pas d’être gendarme ou voleur, d’être flic ou voyou, le question est de contribuer au mal ou de contribuer au bien. Construire ou détruire. Incarner le verbe ou s’abstraire de toute valeur. Si tu fais le pire, tu ne risques rien : la grande dictature socialo-satanique te protège. Si tu fais le meilleur : tu connaîtra l’enfer terrestre (à Fleury-Mérogis éventuellement, comme le jeune Nicolas).

Esteban croupit en prison. Son crime ? S’être défendu lors d’une agression perpétrée par « saint Méric », comme l’appellent ironiquement les camarades catholiques ; « saint Méric », cette figure angélique de Satan, qui sait si bien jouer des apparences. Samuel croupit en prison. Son crime ? Être le camarade d’Esteban, et avoir été présent sur les lieux de l’agression. Nicolas croupit en prison. Son crime ? Avoir manifesté contre le « mariage pour tous », et contre la grande prêtresse de la secte judiciaire, et contre sa « loi ». Esteban et Samuel : la justice envoie un message de soutien chaleureux à leurs agresseurs, à toutes les meutes de barbares. Nicolas : elle interdit jusqu’à l’idée même d’une remise en question de l’ordre luciférien des choses. La justice proscrit le Vrai, le Bien, et même le Beau. Qu’y a-t-il de beau dans le spectacle répugnant de tous ces barbares surprotégés, de tous ces justes qu’on enferme ou qu’on brise ?

"Saint" Méric, le martyr du camp du "bien"

« Saint » Méric, angélique martyr du camp du « bien »

Il est des époques où le Mal se révèle avec une évidence à peine croyable, encore que cette apocalypse ne soit perçue malgré tout que par des « minorités excellentes », le contraire de l’homme-masse, si l’on suit Ortega y Gasset.

Dans Apocalypse 12 10, Satan est présenté comme l’accusateur, celui qui poursuit de sa haine (judiciaire si l’on veut) ceux qui sont les frères du Christ (les justes).

Et j’entendis dans le ciel une voix forte qui disait: Maintenant le salut est arrivé, et la puissance, et le règne de notre Dieu, et l’autorité de son Christ; car il a été précipité, l’accusateur de nos frères, celui qui les accusait devant notre Dieu jour et nuit.

Ce beau verset décrit parfaitement bien l’inversion des valeurs. Ce sont les justes qui apparaissent encore aujourd’hui comme le diable : les accusateurs, et tout particulièrement ceux de l’institution judiciaire, si terrestre, si profane et si démoniaque, eux sont dans le camp du « bien ». Juges contre justes. Bref : Satan, l’accusateur, règne sur la justice.

satan

Le nouveau costume de la magistrature dans le camp du « bien »…

Jacques Philarcheïn

Lire aussi sur Riposte laïque

  • http://ripostelaique.com/aujourdhui-etre-de-gauche-cest-cautionner-beaucoup-de-saloperies-camarades.html
  • Or, non seulement ce régime persiste, sur la base d’une erreur judiciaire avérée, à dissoudre 3e Voie et les JNR, à vouloir faire fermer « Le Local » de Serge Ayoub, non seulement il épargne les agresseurs, antifa et autres groupes gauchistes, mais il entreprend à présent la dissolution de l’Œuvre française et des Jeunesses nationalistes, qui, sans doute, ont attaqué et racketté un car de touristes au Trocadéro, ou un RER sur la ligne D, à Grigny.

Comme si cela ne suffisait pas, il est fortement suspecté d’avoir fait pression sur Facebook pour faire fermer la page de soutien à Estéban. En effet, la page avait disparu sans qu’aucun compte administrateur n’ait été hacké, et sans que Facebook n’ait reçu les habituelles pressions (souvent effectuées par les musulmans contre ceux qui critiquent l’islam) précédant une procédure de fermeture d’une page. Pour ceux qui sont sur Facebook, toutes les informations sont sur ces liens.

https://www.facebook.com/SoutenonsEstebanOfficiel2

https://www.facebook.com/serge.ayoub

https://www.facebook.com/solidariste

http://ripostelaique.com/non-content-de-maintenir-en-prison-des-innocents-ce-regime-a-t-il-fait-fermer-la-page-de-soutien-a-esteban.html

  • en France, sur 5 millions d’affaires pénales :

– 3,5 millions sont classées sans suite;
– 1,5 million sont donc instruites, mais…
– 200.000 ne sont pas traités
– Il reste donc 1,3 million de dossiers traités
– 630.000 proposent des mesures alternatives, au lieu et place du procès
– Il y a donc 670.000 procès par an, mais…
– 80.000 peines de prison ne sont pas exécutées, soit 11 % des condamnations prononcées…
– 19.000 des inculpés en sont à leur 50e délit !
– Les écroués non détenus (quelle belle formule) augmentent de 35 % par an…

http://ripostelaique.com/ce-gouvernement-prefere-embastiller-ses-prisonniers-politiques-que-les-delinquants.html

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 317 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :