Flux RSS

Archives de Tag: de la douceur dans ce monde de brutes

De la douceur dans ce monde de brutes. Il est où le bonheur ?

Difficile d’ignorer cette chanson de Christophe Maé, auteur compositeur interprète car non seulement on l’entend sur les ondes mais beaucoup de personnes la fredonnent en travaillant. Moi-même, je l’ai dans la tête.

Mais qu’est-ce qu’elle a donc d’envoûtant cette chanson ? Des paroles sympathiques, un sujet qui touche tout le monde, une mélodie facile mais charmante, un rythme qui balance et la voix rauque de Christophe Maé qui prend parfois des accents de désespoir sans être tragique.

Depuis la percée de Zaz je n’avais plus été séduite par une chanson contemporaine -j’écoute surtout de la musique classique- c’est donc pour moi un événement qu’avoir été interpellée par cette chanson et je me fiche de savoir si c’est un plagiat de Stevie Wonder comme certains l’affirment.

Merci Christophe Maé pour cet agréable et délicieux cadeau.

La Connectrice

Ajoutée le 21 juin 2016

Depuis de la place du Capitole, la chaîne propose de fêter la musique dans une ambiance 100% toulousaine. De nombreux artistes sont au rendez-vous dans la «ville rose» chère à Claude Nougaro. Au programme : des duos inattendus, des medley plein d’énergie

Avec les paroles

 

 

Il est où le bonheur, il est où?
Il est où?
Il est où le bonheur, il est où?
Il est où?

J’ai fait l’amour, j’ai fait la manche
J’attendais d’être heureux
J’ai fait des chansons, j’ai fait des enfants
J’ai fait au mieux
J’ai fait la gueule, j’ai fait semblant
On fait comme on peut
J’ai fait le con, c’est vrai, j’ai fait la fête, ouais
Je croyais être heureux, mais

Y a tous ces soirs sans potes
Quand personne sonne et ne vient
C’est dimanche soir, dans la flotte
Comme un con dans son bain
Essayant de le noyer, mais il flotte
Ce putain de chagrin
Alors, je me chante mes plus belles notes et
Ça ira mieux demain

Il est où le bonheur, il est où?
Il est où?
Il est où le bonheur, il est où?
Il est où?

Il est là le bonheur, il est là
Il est là
Il est là le bonheur, il est là
Il est là

J’ai fait la cour, j’ai fait mon cirque
J’attendais d’être heureux
J’ai fait le clown, c’est vrai et j’ai rien fait
Mais ça ne va pas mieux
J’ai fait du bien, j’ai fait des fautes
On fait comme on peut
J’ai fait des folies, j’ai pris des fous rires, ouais
Je croyais être heureux, mais

Y a tous ces soirs de Noël, où l’on sourit poliment
Pour protéger de la vie cruelle
Tous ces rires d’enfants
Et ces chaises vides qui nous rappellent
Ce que la vie nous prend
Alors, je me chante mes notes les plus belles
C’était mieux avant

Il est où le bonheur, il est où?
Il est où?
Il est où le bonheur, il est où?
Il est où?
Il est là le bonheur, il est là
Il est là
Il est là le bonheur, il est là!
Il est là

C’est une bougie, le bonheur
Ris pas trop fort d’ailleurs
Tu risques de l’éteindre
On l’veut le bonheur, oui, on l’veut
Tout le monde veut l’atteindre
Mais il fait pas de bruit, le bonheur, non, il fait pas de bruit
Non, il n’en fait pas
C’est con le bonheur, ouais, car c’est souvent après qu’on sait qu’il était là

Il est où le bonheur, il est où?
Il est où?
Il est où le bonheur, il est où?
Il est où?

Il est là le bonheur, il est là
Il est là
Il est là le bonheur, il est là, ouiais
Il est là

Oh, mais, il est où le bonheur?
Il est où le bonheur?
Il est où?
Il est où?

Oh, mais, il est où le bonheur?
Mais il est là
Le bonheur, il est là, il est là
Et il est là
Le bonheur, il est là, il est là

De la douceur dans ce monde de brutes.Beethoven Symphony No. 9 – Mvt. 2 – Barenboim/West-Eastern Divan Orchestra

Publié le

Beethoven Symphony No. 9 – Mvt. 2 – Barenboim/West-Eastern Divan Orchestra

L’énergie dégagée par le second mouvement de la 9ème symphonie de Beethoven est revigorante, joyeuse et communicative.

Je ne sais pourquoi, je l’entends souvent sur les ondes radiophoniques en ce moment. Un signe des temps ? Une réaction salutaire au marasme ambiant ? Une réponse de la vie à tous les drames humains que nous traversons ?

– le 2e mouvement : molto vivace est un scherzo rapide, impressionnant par l’usage qui est fait des timbales. Le thème principal, en ré mineur est présenté en entrées fuguées. Le presto, en ré majeur, tient lieu de trio.

le 4e mouvement : le plus long, et qui nécessite un effectif orchestral complet avec quatre solistes vocaux et un chœur à quatre voix. Il dure environ 25 minutes et comprend l’Ode à la Joie.

http://www.lvbeethoven.fr/Cedes/Symphonie_09-Neuvieme.html#Menu

La 9ème symphonie de Beethoven est surtout connue pour son thème « Ode à la joie » qui a été choisi comme hymne européen le 19 janvier 1972.

Autographe de la Neuvième symphonie

Source image http://www.lvbeethoven.fr/Cedes/Symphonie_09-Neuvieme.html#Menu

L’Ode à la joie — appelée également Hymne à la joie1 — est un poème de Friedrich von Schiller écrit en 1785. Il est surtout connu comme finale du quatrième et dernier mouvement de la 9e Symphonie de Beethoven, devenu l’hymne officiel de l’Union européenne.

Ce poème célèbre l’idéal de l’unité et de la fraternité humaines (« Millions d’êtres, soyez tous embrassés d’une commune étreinte ! »). Son titre original est An die Freude, mais il est souvent appelé Ode an die Freude. L’idée selon laquelle Schiller avait initialement écrit un poème à la liberté (Freiheit) mais qu’il aurait dû en faire un poème à la joie2 est une légende romantique, apparue dans un roman de Robert Griekenperl en 1838 et fréquemment reprise depuis (cf. Esteban Buch, p. 137 et 182-183).

La 9e Symphonie, et plus généralement Beethoven et Schiller, ont joui d’une très grande considération sous le IIIe Reich, en tant qu’œuvre spécifiquement allemande : elle est l’œuvre classique la plus jouée de 1933 à 1945. Elle est notamment interprétée lors de l’ouverture des Jeux olympiques de Berlin (1er août 1936), ou les anniversaires de Hitler (1937 et 1942).[réf. nécessaire]

Plusieurs musiciens (Otto Klemperer, Walter Damrosch) s’élèvent contre cette annexion de l’Ode à la joie au nationalisme allemand et en donnent des interprétations aux États-Unis et au Royaume-Uni. De même, des déportés au camp d’Auschwitz interprètent, en signe de résistance, une version tchèque de l’Ode en mars 1944.

L’introduction instrumentale de ce mouvement a été adoptée en 1972 par le Conseil de l’Europe comme hymne européen, puis en 1985 comme hymne officiel par les chefs d’État et de gouvernement de l’Union. L’interprétation officielle fut confiée à Herbert von Karajan qui en réalisa trois arrangements : un pour piano, un autre pour instruments à vent et un troisième pour orchestre symphonique.

Le texte chanté dans le quatrième mouvement de la 9e Symphonie reprend seulement une partie du poème de Friedrich von Schiller. Il comporte de légères variations par rapport au poème original de 1785 (indiquées en note).

Texte original allemand Traduction française
O Freunde, nicht diese Töne!
Sondern laßt uns angenehmere anstimmen
und freudenvollere.
Ô amis, pas de ces accents !
Laissez-nous en entonner de plus agréables,
Et de plus joyeux !
Freude, schöner Götterfunken
Tochter aus Elysium,
Wir betreten feuertrunken,
Himmlische, dein Heiligtum!
Deine Zauber binden wieder
Was die Mode streng geteilt;
Alle Menschen werden Brüder3
Wo dein sanfter Flügel weilt.
Joie, belle étincelle divine,
Fille de l’assemblée des dieux,
Nous pénétrons, ivres de feu,
Ton sanctuaire céleste!
Tes charmes assemblent
Ce que, sévèrement, les coutumes divisent;
Tous les humains deviennent frères,
lorsque se déploie ton aile douce.
Wem der große Wurf gelungen,
Eines Freundes Freund zu sein;
Wer ein holdes Weib errungen,
Mische seinen Jubel ein!
Ja, wer auch nur eine Seele
Sein nennt auf dem Erdenrund!
Und wer’s nie gekonnt, der stehle
Weinend sich aus diesem Bund!
Celui qui, d’un coup de maître,
a réussi
D’un ami d’être l’ami ;
Qui a fait sienne une femme accorte,
Qu’il mêle son allégresse à la nôtre!
Oui, et même celui qui ne peut appeler sienne
Qu’une seule âme sur la Terre!
Mais celui qui jamais ne l’a su,
Qu’en larmes il se retire, de cette union !
Freude trinken alle Wesen
An den Brüsten der Natur;
Alle Guten, alle Bösen
Folgen ihrer Rosenspur.
Küsse gab sie uns und Reben,
Einen Freund, geprüft im Tod;
Wollust ward dem Wurm gegeben,
und der Cherub steht vor Gott.
Tous les êtres boivent la joie
Aux seins de la nature ;
Tous les bons, tous les méchants,
Suivent sa trace parsemée de roses.
Elle nous a donné des baisers et la vigne ;
Un ami, éprouvé par la mort ;
La volupté fut donnée au vermisseau,
Et le Chérubin se tient devant Dieu.
Froh, wie seine Sonnen fliegen
Durch des Himmels prächt’gen Plan,
Laufet, Brüder, eure Bahn,
Freudig, wie ein Held zum Siegen.
Joyeux, comme ses soleils volant
À travers le somptueux dessein du ciel,
Hâtez-vous, frères, sur votre route,
Joyeux comme un héros vers la victoire.
Seid umschlungen, Millionen!
Diesen Kuß der ganzen Welt!
Brüder, über’m Sternenzelt
Muß ein lieber Vater wohnen.
Ihr stürzt nieder, Millionen?
Ahnest du den Schöpfer, Welt?
Such’ ihn über’m Sternenzelt!
Über Sternen muß er wohnen.
Soyez enlacés, millions.
Ce baiser au monde entier !
Frères ! Au-dessus de la voûte étoilée
Doit habiter un père bien-aimé.
Vous vous effondrez, millions ?
Monde, as-tu pressenti le Créateur ?
Cherche-le par-delà le firmament !
C’est au-dessus des étoiles qu’il doit habiter.

Hymne/Ode à la joie, 9ème symphonie – Hymne européen – Beethoven

Barenboim/West-Eastern Divan Orchestra

Le West-Eastern Divan Orchestra (Orchestre du Divan occidental-oriental) est un orchestre symphonique qui a la particularité de réunir chaque été environ 80 jeunesinstrumentistes d’Israël, des États arabes voisins (Syrie, Liban, Égypte, Jordanie) et des Territoires palestiniens, qui viennent en Europe se former et jouer ensemble. ..

L’orchestre est le fruit d’une initiative du pianiste et chef d’orchestre juif israélo-argentin Daniel Barenboïm et de l’écrivain chrétien américano-palestinien Edward Saïd pour promouvoir le dialogue et la paix entre Juifs et Arabes. Il se forme en 1999 à Weimar à l’occasion du 250e anniversaire de la naissance de Goethe : le nom de l’orchestre vient d’ailleurs du recueil West-östlicher Divan (Divan occidental-oriental) du poète allemand. D’abord basé à Weimar pendant les deux premières années, il obtient en 2001 le soutien de l’Orchestre symphonique de Chicago dont Daniel Barenboim était le directeur musical. Depuis 2002, c’est le gouvernement autonome d’Andalousie et différents mécènesespagnols qui en assurent le financement.

Depuis cette date, l’orchestre s’assemble chaque été en Espagne, à Séville où il répète pendant le mois de juillet avant d’entreprendre en août une tournée mondiale (Europe,Amérique du Sud, …) sous la baguette de Daniel Barenboïm.

https://fr.wikipedia.org/wiki/West-Eastern_Divan_Orchestra

Fondation Barenboïm-Saïd

http://www.barenboim-said.org/es/inicio/index.html

La Fondation Barenboim-Said a été créée en 2004 de la collaboration de l’Andalou avec le maestro argentin-israélien Daniel Barenboim et intellectuel palestinien Edward Said. Barenboim et Said avaient accepté deux ans avant l’invitation du Conseil de mettre en Andalousie accueillir le West-Eastern Divan Orchestra, un jeune orchestre qui se sont réunis à ce moment – là des musiciens israéliens et arabes de plusieurs pays du Moyen – Orient pour montrer que lorsque -faire un objectif de coexistence Musique- commun entre les gens des entreprises traditionnellement rencontrées possible fixes. La simple existence de l’orchestre et sa consolidation implique la traduction directe de la première des fins fondateurs de l’institution. Sa création en Andalousie est une allusion directe aux siècles où les trois religions méditerranéennes coexistaient pacifiquement et fructueusement à Al Andalus. Daniel Barenboim – (Buenos Aires, 1942)

Il a fait ses débuts comme pianiste à dix ans à Vienne et à Rome en 1967 et en tant que directeur menant le Philharmonia Orchestra de Londres. Entre 1975 et 1989, il est chef principal de l’Orchestre de Paris. De 1991 à 2006, il était chef d’orchestre de l’Orchestre symphonique de Chicago et directeur artistique du Teatro alla Scala de Milan de 2011 à 2014. Depuis 1992, il est chef d’orchestre et directeur artistique du Staatsoper Berlin.

Tout au long de sa carrière , il a reçu comme un administrateur et pianis t à six  Grammy Awards , comme í denombreux prix, dont le Prix de la Tolérance décerné par l’Académie évangélique de Tutzing, le prix des Arts Fondation wolf parlement israélien, le Praemium Imperiale du Japon, le Prix international de Willy Brandt, la Médaille du festival international de Musique et de Danse de Grenade, la Médaille d’or de la royal Philharmonic Society ,l’Ordre de la République fédérale d’Allemagne , la Légion d’honneur de la République française et de l’Ordre de l’Empire britannique. En 2007, le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki – moon a nommé Messager de la paix pour promouvoir la paix et de la tolérance à travers le langage universel de la musique. En 2008 , il a reçu la citoyenneté palestinienne d’ honneur et est devenu la première personne avec un passeport israélien et palestinien.

 Avec Edward Said a reçu le Prix Prince des Asturies de la Concorde en 2002 pour sa «tâche généreuse et louable pour la coexistence et de la paix, symbolisée par la collaboration de jeunes musiciens qui, en surmontant les antagonismes historiques, encourage le dialogue et réflexion « .

Edward Said – (Jérusalem, 1935 – New York, 2003)

Baccalauréat de l’ Université de Princeton et Harvard Ph.D., à partir de 1963 a enseigné l’ anglais et de littérature comparée à l’ Université de Columbia. Auteur de plus de vingt livres traduit en trente-cinq langues, dont l’orientalisme (1978), La question palestinienne (1979), couvrant l’ Islam (1980), Le Monde, le texte et critique (1983) et Parallels paradoxes: réflexions sur la musique et la société (2002, avec Daniel Barenboim).

Saïd n’a pas été amoureux de la musique juste , mais était un excellent pianiste. Il a écrit plusieurs livres sur lamusique et a été le critique musical du magazine américain The Nation pendant des années. Ledit souvent vu dans la musique reflète ses idées sur la littérature et l’ histoire. La Fondation Barenboim-Said a collaboré avec le débat d’édition sur la publication de certains de ses livres en espagnol: Elaborations Musical: Essais sur la musique classique (2007), Représentations de l’intellectuel (2007), l’ humanisme et de la critique démocratique (2006), Le style tardif: la musique et le compteur de la littérature (2009), la musique à la limite. Trois décennies d’essais et d’articles de musique (2011) et une édition révisée de la question palestinienne (2013).

En 1992, il a été nommé membre du Forum des Aînés de l’UNESCO. Il a été membre de l’Académie américaine des Arts et des Sciences, de la Royal Society of Literature, l’American Philosophical Society et membre honoraire du Collège King (Université de Cambridge). Il a été membre du conseil exécutif du PEN Club International jusqu’en 1998, et président de la Modern Language Association (MLA) en 1999. Il a reçu de nombreux doctorats honorifiques dans le monde entier et a reçu deux fois Trilling Award-Britannique et le Prix Wellek Association américaine de littérature comparée. En 2002, il a reçu le Prix Prince des Asturies de la Concorde. En l’honneur d’Edward Said, en 2004, le Conservatoire National de Musique en Palestine a changé son nom pour le Conservatoire National Edward Said of Music (Conservatoire National Edward Said de la musique).

Sa veuve Mariam Saïd a continué de diffuser l’important héritage d’Edward Said. Il fait partie du conseil d’administration de la Fondation Barenboim-Said depuis sa création et organise des débats et des conférences complètes chaque réunion de l’orchestre.

 

De la douceur dans ce monde de brutes. A Palmyre, Valery Gergiev dirige l’orchestre Mariinsky

Publié le

 

La vidéo dure 54 mn, le concert commence à 12.06 par une chaconne de Bach en D minor.

Pray for Palmyra. Music revives ancient remains in a famous Roman amphitheater in Palmyra (Syria). Priez pour Palmyre. La musique ressuscite les vestiges d’un célèbre amphithéâtre romain de Palmyre.

Renowned conductor Valery Gergiev is leading a concert in the ancient Syrian city of Palmyra to support the restoration of the UNESCO site and honor victims of the war. The city of Palmyra was devastated by Islamic State terrorists who occupied the site for some 10 months before it was liberated by Syrian troops with Russian air support.

Ce jeudi 5 mai 2016, l’orchestre symphonique Mariinsky dirigé par Gregory Gergiev donnait un concert pour célébrer la libération de Palmyre par les troupes loyaliste de Bachar Al Assad appuyées par l’armée de l’air russe, en hommage à toutes les victimes du terrorisme et de la guerre de Syrie.

Ce concert était diffusé en direct sur de nombreuses chaînes, je l’ai découvert sur Euronews. J’en ai été tellement émue que j’ai fait des recherches pour composer cet article. Cet événement me rappelle Rostropovitch jouant du violoncelle devant le mur de Berlin qui s’effondrait. Une différence toutefois, Rostropovitch avait pris l’initiative de lui-même alors qu’ici, il s’agit d’une opération politique. Mais quand on voit les visages souriants et heureux des fillettes présentes, on ne peut que se réjouir de cet événement et apprécier cette image d’une Syrie en paix, multiconfessionnelle, ouverte à la présence des femmes dans l’espace public et adoucie par la vertu de la musique.

Concert in Palmyra

http://www.ctvnews.ca/world/prayer-for-palmyra-russian-orchestra-holds-concert-in-ancient-syrian-city-1.2889369 A gauche sur l’écran, on voit Poutine durant sa conférence en direct depuis Sotchi.

Le chef d’orchestre a présenté le concert appuyé par une conférence en direct de Vladimir Poutine dont il est un proche et au service duquel il met sa musique

D’après la vidéo, le public est composé pour moitié de militaires syriens dont certains tiennent une rose rouge à la main, de soldats russes et pour l’autre moitié de civils dont une délégation de l’UNESCO protectrice du site, de représentants des différentes communautés religieuses, de nombreuses femmes assises à côté d’hommes sur les gradins -c’est interdit chez les intégristes musulmans- quelques unes voilées à la mode islamique, d’autres revêtues de costumes traditionnels syriens, la majorité vêtues à l’occidentale.

Par contre, je ne vois pas de musiciennes dans l’orchestre Marinsky alors que de nos jours, la plupart des orchestres et des formations musicales comprennent de nombreuses femmes. Une concession aux intégristes musulmans ?

Des écolières serrant des gerbes de fleurs contre leur poitrine  chantent pendant les pauses, accompagnées par le claquement des mains du public à 30.27 mn et vers la fin de la vidéo.

On ne peut que remercier et féliciter les organisateurs de cet événement qui, en une semaine depuis la libération de Palmyre ont su, malgré la guerre et les ruines, rassembler des talents et des bonnes volontés pour un moment apaisées. Cette victoire à la manière syro russe est tout de même admirable au regard de la manière dont l’Etat islamique célèbres ses victoires…Bachar Al Assad est peut-être un boucher mais il autorise de bonnes et belles choses et on comprend mieux pourquoi sa communauté chrétienne lui est fidèle et pourquoi elle était si en colère contre la France qui voulait son élimination. La Syrie étant dans un tel chaos depuis des siècles qu’Assad semble être malgré tout un moindre mal.

Je vous rappelle ce qu’ont dit des personnages illustres et les syriens eux-mêmes :

Oh ! Gardez-la ! Et surtout gardez Damas. C’est une de ces villes qui empoisonnent les empires !

Henry de Jouvenel, ancien Haut-commissaire en Syrie en 1926, racontant une conversation qu’il avait eue avec un ancien ministre turc au temps où la Syrie était encore une province Turque :

–          Il apparaît que tous les systèmes y sont vains, car nul pays n’est plus complexe, plus difficile, plus révolté par nature que la Syrie

Joseph Kessel (journaliste et écrivain), venu en Syrie en 1927 se rendre compte des progrès de la pacification (après le soulèvement nationaliste des années 1925-1926)

Lors de la création du monde,

l’Intelligence dit : « Je vais en Syrie ».

L’esprit de Discorde ajouta : « J’y vais avec toi ».

Vieux dicton syrien

..Durant la même période, des insurgés ont remis leurs armes à l’armée russe en échange de sa protection pour retourner dans leurs villages qu’ils ont du quitter il y a 4 ans.

La Connectrice

De la douceur dans ce monde de brutes. Vaches du Québec en Hiver

Publié le

vaches Québec6

Comté de Charlevoix, village de Saint-Irénée.

Bien loin de chez nous par la distance géographique mais très proches par le coeur, la langue et la culture vivent nos cousins québécois.

L’un d’entre eux, Roger Audet, lecteur fidèle de ce blog.a sursauté de ravissement à la lecture de l’article du Marianne que j’avais posté ici, dans lequel le philosophe et académicien Alain Finkielkraut exposait avec une joie de petit garçon son affection pour les vaches.

Roget Audet a eu la gentillesse de transmettre des impressions et des images des vaches du village de Saint-Irénée dans le comté de Charlevoix. Il évoque ainsi ce monde lointain où nous rêverions d’avoir notre « petite cabane au Canada », même sous la neige.

La Connectrice

le 28 décembre 2015:

Vingt-25 cm de neige sont tombés aujourd’hui et premier voyage en raquettes.
Les vaches de Martin le déneigeur se fondaient dans la neige, serrées les unes contre les autres pour se protéger. Peut-on être indifférent au regard triste ou curieux des vaches? On dirait qu’elles veulent nous dire quelque chose. Cela m’intrigue! Tristes d’elles ou de nous? 

27 avril 2016
Martin est agriculteur et élève des bovins de boucherie. L’hiver, il fait aussi du déneigement dans le coin, donc vient déneiger chez moi avec un gros tracteur de ferme et c’est pour cela que je l’appelle le « déneigeur ».

Cette première randonnée de raquette dura 2 1/2 heures et elle fut agréable à cause de la neige. La majeure partie de la randonnée est en forêt.  La neige qui tombe en décembre est toujours plus agréable que celle qui tombe en avril alors que la lumière nous aspire ailleurs. Voici quelques photos.
Roger Audet

Vaches QuébecVaches Québec2Vaches Québec3Vaches Québec4Vaches Québec5

De la douceur dans ce monde de brutes. Lucas Debargue, pianiste 25 ans lauréat du concours Tchaïkovski 2015

Publié le

image

Source photo http://www.fondationlouisvuitton.fr/concert-lucas-debargue.html

Lucas Debargue sera-t-il le meilleur pianiste de ce siècle ? Son talent est unanimement reconnu et son jeu apprécié par tous les critiques. Vous pourriez en juger à son prochain concert, le 24 mars 2016 à la Fondation Louis Vuitton

Il n’a gagné « que » le 4ème prix au concours Tchaïkovsky de 2015 mais le Grand prix de la critique et il a tant impressionné les auditeurs qu’ils ont oublié le nom du 1er prix…Un témoin raconte que l’ovation a été tellement passionnée qu’il a été nécessaire de couper les lumières afin d’obliger les spectateurs à quitter la salle de concert.

Non content d’être un excellent pianiste, Lucas Debargue parle de son art et de la musique avec une sensibilité, une passion, une maturité, une simplicité et une intelligence remarquables.

Originaire de Compiègne, le jeune homme a vraiment commencé le piano vers 11 ans et s’est lancé dans la carrière à 20 ans sur les conseils de son professeur après avoir pensé faire des études littéraires. Il raconte qu’enfant il s’amusait sur le piano de sa grand-mère a reconstituer des airs qu’il avait gardés en mémoire.

Le premier disque de Lucas Debargue devrait sortir au mois d’avril 2016. En attendant, on peut le voir et l’entendre sur de nombreux enregistrements en ligne su Youtube…pour l’instant, les vidéos seront peut-être supprimées pour une question de droits.

La Connectrice

Lucas Debargue in Moscow Conservatory. 28.12.15 Schumann, Faschingsschwank aus Wien, Op. 26, IV. Intermezzo

Lucas Debargue plays Chopin Ballade no. 4 – live 2015

Liszt, Consolation N°3, 30/09/2015

Lucas Debargue and Boris Berezovsky play Grieg, two Norvegian Dances, for piano four hands. Beauvais, France, 10/15/2015

Lucas Debargue / Charly Mandon, Caprice op. 0 n°11. Une belle vidéo de promotion pour un piano de concert cordes croisées 287cm Stephen Paulello.

Improvisation de jazz après le concours Tchaïkovsky

Lucas Debargue playing « ‘Round Midnight » as encore to his recital in Lunel-Viel (France) on August 21, 2015. During the festival « Un Piano Sous Les Arbres

Entretien avec Lucas Debargue sur FR3

Pour en savoir plus

Biographie https://fr.wikipedia.org/wiki/Lucas_Debargue

Prochain concert à Paris le 24 mars 2016 http://www.fondationlouisvuitton.fr/concert-lucas-debargue.html

Le Français dont tout le monde parle en Russie http://www.huffingtonpost.fr/olivier-bellamy/lucas-debargue-le-pianiste-francais-porte-en-triomphe-a-moscou_b_7785826.html

Répertoire de Lucas Debargue au concours Tchaïkovsky http://tch15.medici.tv/fr/performance/round-round-1-piano-2015-06-19-1500000300-great-ha

De la douceur dans ce monde de Brutes. Octobre 2015, les chicots du Canada illuminent la rue Meynadier

La rue Meynadier est cette courte rue qui va de la mairie de Paris 19ème à la rue de Crimée. C’est la rue la plus froide du quartier qui pourrait être transformée en patinoire quand il gèle.

Cette rue est bordée de beaux immeubles haussmanniens, pour la plupart ornés par les sculptures de Mathurin Moreau. De larges trottoirs où sont plantés des robiniers (faux acacias) permettraient d’y flâner agréablement si elle n’était pas polluée par les ours mal léchés du café à chicha, le Gold, et par les rodéos de scooters. Ce n’est pas tout car la Ville de Paris a estimé indispensable d’installer un grand parking à vélos et motos exactement devant la terrasse du petit café sympathique à l’angle de la rue de Crimée. Les passants se frayent difficilement un passage entre les fauteuils de la terrasse et les roues des cycles et les clients qui pensaient pouvoir jouir de l’espace et en été de l’ombre des arbres sont bousculés.

IMG_1419

La vue gâchée par les cycles

IMG_1427

On peut à peine circuler entre la terrasse et le parking vélos motos et gare aux consommateurs qui voudraient reculer leur fauteuil des tables

Je n’aime pas les chicots du Canada car leurs feuilles et pétioles dégagent une odeur désagréable, celle des plantes toxiques . Pourtant leurs feuilles prennent un beau ton doré à l’automne et cette année, du fait de l’été indien, elles ont éclairé la rue tout le mois d’octobre.

Ma répugnance pour cet arbre est confirmée par les composés toxiques de ses feuilles et de ses branches : Les feuilles et les fruits contiennent des saponines et des alcaloïdes qui les rendent toxiques pour les insectes et les autres animaux, incluant les humains. Les graines étaient autrefois torréfiées et utilisées comme succédané au café. Les toxines seraient apparemment éliminées à la torréfaction. L’expérience n’est toutefois pas recommandée. Au Canada, le Chicot févier détient le statut d’espèce menacée. Le Chicot févier possède les plus grandes feuilles parmi les espèces d’arbres indigènes au Canada, mesurant jusqu’à 90 cm de longueur. Le nom «chicot» viendrait du fait que ses feuilles apparaissent très tardivement alors que les autres espèces sont en pleine feuillaison, ce qui lui donne l’apparence d’un arbre mort. Le bois, de couleur brunâtre, est utilisé en ébénisterie et en menuiserie. • • •http://www.eco-quartiers.org/documents/fiche%20Chicot%20fevier.pdf

Les feuilles et les fruits contiennent de la saponine, une molécule toxique pour les insectes, cela explique que l’arbre ne connaît pas de ravageur. Un usage ethnobotanique de la saponine est pour la pêche: il s’agit d’un toxique pour les animaux à sang froid et si l’on jette à l’eau de grandes quantités de fruits les poissons seront tués, prêts à être ramassés. http://floraurbana.blogspot.fr/2013/04/chicot-fevier-gymnocladus-dioicus.html

La torréfaction des graines éliminerait ses composants toxiques, saponines et alcaloïdes. Des tribus indiennes d’Amérique et les premiers colons l’utilisaient pour confectionner une boisson qui fut comparée au café d’où son nom « Kentucky coffeetree ».

Les jardiniers plantent surtout des cultivars mâles afin que les lourdes gousses de l’arbre ne blessent pas les passants, ne risquent pas d’empoisonner enfants et animaux et n’abîment pas les voitures en stationnement.

 

IMG_1584

 

IMG_1585

La rue Meynadier vue depuis la place de la mairie du 19ème arrondissement de Paris

 

L’écorce très reconnaissable du chicot févier

Fruit, feuille et graines du chicot du Canada http://floraurbana.blogspot.fr/2013/04/chicot-fevier-gymnocladus-dioicus.html

Le gymnocladus dioica ou chicot févier ou Kentucky coffeetree

Le gymnocladus est une légumineuse qui produit une sorte de gros haricot noir et plat dont les graines grillées remplaceraient le café. Je n’ai pas essayé …

https://fr.wikipedia.org/wiki/Gymnocladus_dioica

Base de données interactive des arbres de Paris

Saviez-vous que chaque arbre de Paris possède sa fiche d’identité ? En cliquant sur l’icone d’un arbre dans une rue qui vous intéresse, vous connaîtrez son identité.

http://opendata.paris.fr/explore/embed/dataset/arbresalignementparis2010/?tab=map&static=false&datasetcard=false&location=19,48.8834,2.38265

De la douceur dans ce monde de brutes. Chiens et chats peuvent s’entendre

Sieste post-prandiale (digestive) de ma chienne et de ma chatte.

La chatte fait la loi et la chienne se méfie. Elle ne s’installe à côté de ma chatte que si cette dernière l’y autorise par un langage qui m’échappe mais que l’intéressée comprend parfaitement.

De temps en temps, la chatte rappelle son autorité en mordillant la chienne ou en lui donnant un petit coup de griffe. La chienne reste parfaitement placide.

Il n’y a rien de plus serein que de les voir sommeillant côte à côte toutes détendues et en confiance.

Il est complètement faux de dire que chien et chats se haïssent. A la première rencontre, le canidé et le félin s’envoient des signaux d’avertissement qui peuvent parfois être dangereux mais lorsqu’ils se connaissent, ils vivent en bonne intelligence s’ils se respectent mutuellement.

Il est arrivé par trois fois qu’un chat (chaque fois différent dans des lieux différents) se précipite sur ma chienne pour la griffer, fonçant sur plusieurs mètres pour l’agresser. Nous ne connaissions pas ces chats mais il s’est avéré que nous nous étions installées sur leur territoire.

Le chien se méfie naturellement du chat car il sait instinctivement qu’il peut lui crever les yeux avec ses griffes. Il reste toujours sur ses gardes à bon escient et s’adapte parfaitement à la situation si on lui laisse le temps de l’apprécier. Souvent, les gens s’inquiètent à la première manifestation d’hostilité/avertissement et séparent les bêtes alors qu’il faut leur donner le temps de maîtriser les règles du jeu si on souhaite qu’elles vivent en bonne intelligence dans la paix.

 

%d blogueurs aiment cette page :